Total de visualitzacions de pàgina:

dijous, 29 de desembre de 2011

The New York Times: 'Els beneficis de la independència de Catalunya són enormes'


Aquest article de The New York Times (clic) torna a posar Catalunya al centre de l'actualitat poc abans de les eleccions catalanes del 28 de
novembre. El diari explica que per la seva producció econòmica i empresarial Catalunya està a anys llum de regions “pobres” com
Andalusia. A més a més, fa un repàs històric i s'explica que Catalunya va encapçalar la revolució industrial a Espanya.

Un espoli fiscal inèdit a Europa

Diu el text que “Edward Hugh, un economista independent calcula que un 10% del PIB català se'n va de Catalunya per pagar les despeses
d'unes altres regions espanyoles, per culpa dels impostos recaptats pel govern de Madrid”. Segons el NYT “la limitada autonomia fiscal
de Catalunya contrasta amb la regió pròspera del país Basc” que té el concert econòmic.

'Els beneficis de la independència de Catalunya són enormes'

“El País Basc té una qualificació de crèdit que és la millor d'Espanya perquè aquesta regió es fiscalment independent”. Finalment, el NYT
diu que “els beneficis de la independència a llarg termini són enormes, però hi ha costos a curt termini, que molta gent no està disposada
a assumir”.

Le contrôle d’une femme au niqab vire à l’émeute


SCHAERBEEK (Belgique)

Ce mardi, des policiers de la zone Nord ont croisé rue de Brabant, à Schaerbeek, une dame portant le niqab. Ils ont donc, comme le veut la procédure, demandé à celle-ci de leur dévoiler son identité.

Une demande que le mari de la dame au niqab n’a pas supportée. Refusant que son épouse se soumette aux ordres des policiers, l’homme s’est mis à hurler, attirant la foule.

C’est alors qu’un autre individu, un certain Bernard, a incité la foule à l’émeute, hurlant qu’il fallait tout péter et protéger “la communauté”.

Face à des policiers d’origine marocaine, ce même homme a proféré toute une série d’insultes, les qualifiant notamment de “traîtres”. La police a dû utiliser du spray lacrymogène pour disperser les intervenants.

Depuis l’entrée en vigueur en juillet de la loi anti-niqab, dite aussi loi anti-burqa, toute personne cachant totalement ou de manière principale son visage sur la voie publique peut être poursuivie pour ce comportement avec une amende pénale de 15 à 25 euros et/ou une peine d’emprisonnement de 1 à 7 jours.

Source: La Dernière Heure 2011

dimarts, 27 de desembre de 2011

Vandalisme a Sant Aciscle, la nit de Nadal


Al barri de Sant Aciscle de Perpinyà, 5 comerços han estat malmesos durant la nit de Nadal ...>>
Dt. 27 de desembre del 2011


Els habitants o veins del barri de Sant Aciscle, demanen més presència policiales pels actes de vandalisme que es cometen durant algunes festes. Per exemple la passada nit de Nadal, 5 comerços van ser víctimes d'actes vandàlics: el supermercat superU, dues perruqueries, un gabinet mèdic i un distribuïdor de bitllets del Banc Popular. També un cotxe va resultar malmès.

Els danys són limitats, ja que només les portes o les barreres de seguretat han estat rompudes, però també es van cometre alguns robatoris.

vilaweb

dilluns, 26 de desembre de 2011

Daniel Cardona i Civit (1890-1943). Una biografia política


Rubiralta i Casas, Daniel

ISBN:
978-84-95916-93-8
Preu: €24.00


2008. Pròleg de Jordi Amigó i Barbeta, 236 pp.

Daniel Cardona i Civit (1890-1943) pot ser considerat, juntament amb Francesc Macià, el dirigent històric més rellevant de l'etapa inicial del moviment independentista català: l'etapa separatista que, des del seu origen a començament del segle XX, es perllonga fins ben entrat el perío-de franquista. Fundador d'organitzacions com Estat Català, Bandera Negra, Nosaltres Sols! o el Front Nacional de Catalunya, i lligat amb el pseudònim de Vibrant a les empreses periodístiques més destacades del nacionalisme radical -moltes d'elles creades i dirigides per ell mateix-, Cardona forní el separatisme d'una estratègia basada en el model irlandès gràcies a la qual va superar l'estadi culturalista i es va transformar en un espai polític i ideològic, tot i que reduït, a partir d'un secessionisme nítid que, en certa manera, converteixen Cardona en el primer independentista català. Defensor d'un nacionalisme ferm i intransigent, el que fou batlle de Sant Just Desvern entre 1931 i 1936 ha esdevingut un referent obligat del nacionalisme insurreccional català. Conseqüent amb la idea que aquesta era l'única via indefugible per a aconseguir «el trencament de les cadenes de la dominació espanyola», maldà tota la seva vida per utilitzar la lluita armada no sols contra la dictadura de Primo de Rivera i la de Franco, sinó també contra la Restauració, la República i la Revolució.

www.editorialafers.cat

ERC s'inclina contra el burca

Una dona amb nicab fotografiada al carrer Muntaner de Barcelona el 14 de desembre del 2010

El grup parlamentari es mostra en contra del seu ús als espais públics

Esquerra està començant a canviar el xip sobre immigració: el president del grup parlamentari, Joan Puigcecós, es va manifestar setmanes enrera contra l'ús del burca en espais públics. Puigcercós va rebre el suport -amb menys o més entusiame- de l'exconsellera d'Acció Social, Carme Capdevila, i de la portaveu, Anna Simó, a més de la majoria de membres del grup, segons ha sabut e-notícies.

Capdevila, preguntada per e-notícies al bar del Parlament, no va voler fer declaracions al respecte i Oriol Amorós va negar have estat a la reunió tot i que altres fonts afirmen que sí que hi eren. La prohibició del burca en espais municipals ha estat adoptat ja per alguns ajuntaments -com el de Lleida, governat pel PSC- però aixeca polèmica encara entre les esquerres.

Durant el darrer tripartit, va ser un tema recurrent al final de la legislatura però la majoria de dirigents va considerar aleshores que no hi havia motius per http://www.blogger.com/img/blank.gifprohibir-lo per llei. El llavors president de la Generalitat, José Montilla, va afirmar el 13 de juny al 2010 en declaracions a Rac1 que "jo surto al carrer i no veig moltes persones amb burca. No fem problemes del que no és problema aquí. Avui, no ho és”.

El vicepresident del Govern, Josep-Lluís Carod-Rovira, havia manifestat el mateix el 23 de març també a la mateixa emissora: "a Catalunya no n'hi ha, de burca" mentre que el llavors conseller d'Inteiror, Joan Saura va insistir en el mateix unes setmanes després, 27 de maig del 2010: "no he vist a Catalunya ningú que porti burca".

e-noticies.cat

divendres, 23 de desembre de 2011

Perpignan : Côté sud et côté nord des Pyrénées...


Barcelone – Perpignan : Côté sud et côté nord des Pyrénées, les Centristes catalans ne seraient plus sur la même longueur d’onde.

Source: Blog OUILLADE le déc 20, 2011


Rien ne va plus entre ceux du nord et ceux du sud chez les Centristes catalans : CiU à Barcelone ; CdC à Perpignan.

Les Centristes catalans du sud apprécieraient de moins en moins les attaques politiques frontales menées par les Centristes catalans du nord au sein du conseil municipal de la Ville de Perpignan.

Il y a huit jours de cela, lors d’un comité exécutif du puissant parti CiU(Convergence et Union) – Qui dirige entre les autres désormais les municipalités de Barcelone, Gérone et Figuères – Jordi Pujol, ancien président de la Generalitat de Catalunya, s’est dit « particulièrement peiné du comportement politique du
CdC dans les Pyrénées-Orientales », ajoutant qu’il ne comprenait pas « les attaques répétées et déplacées contre Jean-Paul Alduy et Jean-Marc Pujol
qui sont nos amis (…) ».

A ses côtés, Santi Vila, maire de Figuères, selon l’entourage de Jean-Paul Alduy, se serait même montré plus direct et rassurant auprès du président
de Perpignan-Méditerranée Communauté d’Agglomération (l’agglo PMCA) et 1er adjoint de la Ville de Perpignan, venu à sa rencontre dans le cadre du programme TGV : « Jean-Paul, ne te tracasse pas, ce problème sera bientôt réglé. Car nous ne tolèrerons plus longtemps cette situation dans la mesure où elle ne reflête pas les liens étroits qu’entretient le CiU avec la Ville de Perpignan (…) ».

L’affaire serait même remontée jusqu’au maire de Barcelone, Xavier Trias, secrétaire général de CiU !

Directement visés par ces propos : Clotilde Ripoull et Jordi Vera du groupe CdC au sein du conseil municipal de la Ville de Perpignan. Par leurs déclarations retentissantes et leur communication incessante contre la « gestion alduyiste », ils constituent une Opposition féroce et organisée contre les élus de la Majorité municipale UMP/ Parti radical.

dilluns, 19 de desembre de 2011

A propòsit de la immigració

Comunicat Català/ Francès.

A propòsit de la immigració

Secció nord-catalana del PNAC.


Catalunya i Europa en general pateixen actualment un dels transtorns més grans de la seva història: una guerra subterrània que no té nom. Les poblacions
autòctones han de ser engullides i barrejades, fins i tot a més llarg termini reemplaçades.

Per quins motius? A qui cal culpar?

La resposta és clara:

L’objectiu és, en primer lloc, provocar un caos comunitari per mitjà de la barreja ètnica: barreja en el món del treball, control dels barris per la imposició de
cultures estrangeres. Es tracta d’aixecar unes comunitats contra les altres per amagar els problemas fonamentals.

El principal responsable d’aquesta invasió –per dir les coses pel seu nom- és la gran patronal, amb la complicitat de les elits polítiques, tots al servei de la
hiperclasse mundialista.

Sempre àvid de beneficis, l’empresariat poc escrupulós s’aprofita de la misèria dels països africans, recluta obrers poc qualificats i mal pagats per fet
pressió sobre els salaris dels autòctons i convidar-los a rebaixar les seves legítimes aspiracions de millota laboral i social. És ben conegut que “la
immigració és la reseva humana del capital”. Si la raó d’existir dels sindicats és honorable, també és de lamentar que aquests es presten a ser còmplices
del gran capital defensant i justificant l’entrada de nous immigrants.

Avui, la immigració justificada per raons econòmiques és ampliamente exagerada. Des de decennis, els responsables polítics han creat una autèntica
“aspiració d’aire” cap als països africans atorgant ajudes socials considerables a persones sense rebre res a canvi. Han obert la caixa de Pandora: no es
tracta de treballar uns anys a Occident per després tornar al seu país d’origen. Ara hi ha immigrants que s’instal.len a casa nostra per aprofitar-se de les
nostres riqueses amb una mentalitat de colonitzador. No adonar-se del canvi de problacions en certs barris i de la imposició d’una cultura estrangera
constitueix un signe evidente de mala fe. Certes administracions públiques acepten reivindicacions comunitàries i religioses.

La inversió dels fluxos migratoris extraeuropeus és una qüestió de vida per a Catalunya i per a Europa, a banda de ser també necessària perquè als països
d’origen dels immigrants els seus habitants prenguin consciència que emigrar a Europa no és la solució, que el que han de fer és tirar endavant els seus
països per no haver d’emigrar, amb la qual cosa, per descomptat, comptaran sempre amb la nostra col.laboració.

La immigració intraeuropea

El cas de la immigració intraeuropea ha de ser també ressenyat. Mai en cap país europeu, aquest tipus d’immigració no havia sigut font de problemas com
els que coneixem avui amb la immigració extraeuropea, amb excepción d’alguns cos mínims i inevitables. Anys enrera, es tractava d’una immigració laboral,
sovint porvisiona i en proporcions raonables. La integración era possible en algunes generacions, tenint en compte les afinitats religioses i culturals. Aquest
tipus d’immigració existeix des de sempre i mereix un tactament diferenciat.

Per conservar la seva identitat catalana, la Catalunya Nord ha de fer cara a les conseqüències de la crisi econòmica en el camp laboral, però també ha de
controlar la immigració, problema ignorat totalmente per l’Estat francès. Ningú no desitja una substitució de la població. La nostra llengua es troba cada dia
més arraconada, prop d’una fase terminal. La nostra cultura és cada dia més folkloritzada, reduïda a una diversió per a turistes ignorants. ¿Com podem
acceptar per sempre funcionaris d’altres regions, on ja hi tenien feina, i que bloquegen la promoció de la gent del país? Els autòctons han d’acceptar llocs
de treball subalterns i sense avenir. No hem d’acceptar raonaments simplistes com “la misèria és més suportable al Migdia”. El departament dels Pirineus
Orientals compta avui amb més de 33.000 aturats sobre una població de 463.658 habitants! Els raonaments “humanistas” revelen una evident debilitat
itntel.lectual. La immigració vinguda dels quatre cantons de l’Hexàgon augmenta la massa dels aturats, accentua la crisi de l’allotjament i la pujada
espantosa dels preus d’adquisició de les finques.

Perpinyà, agost del 2011.



À propos de l’immigration

Section nord-catalane du PNAC.



La Catalogne et l’Europe en général subissent actuellement un des bouleversements les plus considérables de leur histoire : une guerre sournoise qui ne
porte pas son nom. Les populations autochtones doivent être submergées, métissées, voire, à plus long terme remplacées.

Dans quels buts ? Qui faut-il incriminer ?

La réponse est claire :

1°) Le but est de provoquer en premier lieu un chaos communautaire par le biais de la concurrence ethnique. Concurrence dans le monde du travail,
contrôle des quartiers par l’imposition de cultures étrangères. Il s’agit de dresser les unes contre les autres les communautés pour éluder les problèmes de
fond.

2°) Le principal responsable de cette invasion — appelons un chat un chat — c’est le grand patronat avec la complicité des élites politiques, tous
dépendants de l’hyper classe mondialiste.

Toujours avide de profit, un patronat peu scrupuleux profite de la misère des pays africains, recrute des ouvriers peu qualifiés et peu chers pour faire
pression sur les salaires des autochtones et les inviter à rabaisser leurs légitimes aspirations à des améliorations sociales. Il est bien connu que “
l’immigration est l’armée de réserve du Capital ”. Si la raison d’exister des syndicats reste honorable, on ne peut cependant que regretter que ceux-ci se
rendent à présent complices du grand capital en défendant et en justifiant l’entrée de nouveaux immigrés.

De nos jours, l’immigration justifiée pour des raisons économiques est largement dépassée. Depuis des décennies, les divers responsables politiques ont
créé un véritable “ appel d’air ” vers les pays africains en octroyant des aides sociales considérables à des personnes sans compassion. Ils ont ouvert la
boîte de Pandore. Il ne s’agit plus de travailler quelque temps en Occident puis de regagner son pays d’origine. Désormais, l’immigré s’installe dans nos
pays pour profiter de nos richesses avec une mentalité de colonisateur. Ne pas se rendre compte du changement de populations dans certains quartiers et
de l’imposition d’une culture étrangère constitue un signe évident de mauvaise foi. Certains établissements publics se plient à des revendications
communautaires et religieuses.

L'inversion des flux migratoires extra européens est devenu une question de survie, pour la Catalogne et pour l'Europe. Les habitants des pays d’origines
doivent prendre conscience que l’émigration en Europe n’est pas une solution et qu’ils doivent s’employer à développer leurs pays pour ne plus être obligés
d’émigrer. Pour ce faire, ils pourront toujours compter sur notre collaboration.

L’immigration intra-européenne.

Le cas de l’immigration intra-européenne doit être également évoqué. Jamais dans aucun pays européen, ce type d’immigration n’a été la source de
problèmes aussi graves que ceux que nous connaissons aujourd’hui avec l’immigration extra européenne (à l’exception de quelques heurts minimes
inévitables). Autrefois, il s’agissait d’une immigration de travail, souvent provisoire et dans des proportions raisonnables. L’intégration était possible en
quelques générations compte tenu des affinités religieuses et culturelles. Ce type d’immigration existe toujours et doit être traité avec plus de sollicitude.

Pour conserver son identité catalane, la Catalogne du Nord doit faire face aux conséquences de la crise économiques dans le domaine de l’emploi, mais
elle doit aussi contrôler elle-même l’immigration, ce dont se moque éperdument l’État français. Personne ne souhaite ici une substitution de population.
Notre langue catalane est chaque fois plus marginalisée et en arrive en phase terminale. Notre culture, toujours plus folklorisée, se réduit à un
divertissement pour touristes ignares. Comment pouvons-nous accepter toujours plus de fonctionnaires d’autres régions chez nous alors qu’ils disposaient
d’un travail ailleurs et qu’ils bloquent la promotion des gens du pays ? Les autochtones doivent se contenter d’emplois subalternes et sans avenir. Nous
n’acceptons pas des raisonnements simplistes du genre “ la misère est plus supportable au soleil ”. Le département des Pyrénées-Orientales compte à
présent plus de 33 000 chômeurs pour une population de 463 658 habitants ! Les raisonnements “ humanistes ” révèlent une faiblesse intellectuelle
évidente. L’immigration venue des quatre coins de l’Hexagone accroît la masse des chômeurs. Elle accentue la crise du logement et la flambée des prix en
terme d’acquisition foncière.


Perpignan, août 2011.

Font/ Source: Esborany per una declaració de principis. Edició bilingüe 2011

divendres, 16 de desembre de 2011

La Generalitat ha augmentat d’un 31% els ajuts destinats a estrangers


La Generalitat ha augmentat d’un 31% els ajuts destinats bàsicament a estrangers que no treballen

La Generalitat ha ajornat el pagament a proveidors i funcionaris, però al mateix temps ha augmentat d’un 31% la partida destinada a la Pirmi de 2011, un ajut de més de 400 euros al mes que reben bàsicament estrangers que no treballen (vora un 95% de receptors de la Pirmi no són catalans). Aquest mes de desembre 1.500 persones més de les que cobraven fins ara la Pirmi rebran aquesta prestació, i el Departament d’Empresa i Ocupació acabarà l’any destinant-hi fins a 170 milions d’euros, un 40% més del que s’havia pressupostat a principi d’any. A principi d’any Treball havia pressupostat 130 milions d’euros. Al setembre es va anunciar que la partida pujava fins a 150 milions i, finalment, amb aquesta novetat anunciada ahir, quedarà en els 170 milions.

http://somnoticia.cat

dimecres, 14 de desembre de 2011

500 persones han manifestat contra els plans d'austeritat


Feble mobilització la d'ahir dimarts en contra dels plans d'austeritat del govern francès ...>>
Dt. 14 de desembre del 2011


Unes 500 persones van manifestar ahir al matí pels carrers de Perpinyà per protestar pels plans d'austeritat aprovats pel govern francès. La majoria dels manifestants eren jubilats i /o funcionaris. Aquesta és la darrera manifestació interprofessional convocada per aquest any, encara que cal recordar que demà dijous hi ha convocada una jornada de lluita en l'educació nacional.http://www.blogger.com/img/blank.gif

Contràriament a la costum, aquesta vegada els sindicats no van ser rebuts a la prefectura, ja que tenien de ser rebuts pel director del gabinet com l'octubre passat i els sindicats s'han negat ja que volien entrevistar-se amb el nou prefecte, René Bidal.

Segons ha confirmat Gérard Gironell de la FSU : 'volíem explicar al nou prefecte el que era la crisi, aquí, i com les polítiques d'austeritat colpeixen en la vida tots els dies als treballadors. Només es pot lamentar aquesta absència de diàleg'.

Foto: El nou prefecte, René Bidal

vilaweb

El tió de Nadal,en vies de desaparició!


Alerta! La tradició del tió de Nadal,en vies de desaparició!

És una tradició antiquíssima, d’arrels paganes, anterior a la Reconquesta. Desconeguda a la major part dels Països Catalans, és típica del Principat i de la Franja, des de l’Emporda i la Ribagorça fins als pobles del nord del Montsià i de la Matarranya; al sud d’aquestes dues comarques, la tradició ja no es coneix i és substituïda per altres, que són les que cal conservar i potenciar.
El cas és que a la majoria de comarques del Principat, on ha sigut una de les tradicions mé típiques de la cultura popular, la figura del tió de Nadal es troba en greu perill de desaparició: en molts pobles ja no es caga des de fa anys, fins al punt que alguns investigadors del tema s’han trobat en alguns pobles que ni la gent de més edat recorden la lletra de la cançó que es canta. I quan diem que no es fa cagar no volem dir que no hi pugui haver alguna que altra família que ho faci, però ja no és una tradició, com fins fa poc, d’abast col.lectiu.
Entre tots hem de salvar aquesta tradició i part impor-tant de la nostra cultura popular. Cal, en primer lloc, recuperar la lletra original que es cantava a cada poble. Aquestes lletres tenen totes un mateix patró, però també totes una lleu variant, de tal manera que és molt difícil trobar dues lletres iguals: en un poble els torrons són d’avellana, en un altre de pinyó; en un poble el tió pixa vi blanc, en un altre aiguardent... com es pot veure en la mostra que donem a final d’aquesta pàgina de tres pobles de la comarca de les Garrigues. És un error, com es fa en moltes escoles, ensenyar als infants la lletra pròpia de Barcelona; cal conservar la riquesa que en tots els elements de la cultura popular representa la diversitat d’aquesta a totes i cadascuna de les comarques catalanes.
Aquesta pèrdua de la tradició del tió és paral.lela, i en part relacionada, amb la invasió de costums forsteres per les mateixes dates, especialment l’anomenat “Papa Noel”, un figura l’extensió de la qual cal aturar no sola-ment perquè és forastera, sinó a més perquè ens arriba, a banda que pugui ser pròpia d’altres països, via USA. En moltes cases on ja no es caga el tió pengen aquest ninot del balcó. Un símbol més de la nostra decadència com a nació. Però la major vergonya per als catalans és que en molts pobles són els mateixos Ajuntaments –o bé organitzacions de comerciants o botiguers- els que abonen i fins i tot financien l’extensió d’aquest personatge. Cal que cada català demani al seu Ajunta-ment, a l’agrupació de botiguers del poble o barri, que deixin de subvencionar el Papa Noël i en el seu lloc organitzin una cagada del Tió. I no estaria de més anar amb una perxa una mica llarga pels nostres carrers arrencant aquest ninot d’aquells balcons on estigués penjat.
Entre tots hem de salvar una de les tradicions més catalanes que tenim, encara.

“Caga tió,
si no et dono
cop de bastó;
no cagos arengades
que són salades,
caga tarrons
que són molt bons”.

(Castelldans)

“Tronc de Nadal,
caga tarrons
i pixa vi blanc.
No cagues arengades
que són salades,
caga tarronets
que són molt dolcets”.

(la Granadella)http://www.blogger.com/img/blank.gif

“Tronc de Nadal,
caga tarrons,
no cagos arengades
que són salades,
caga tarrons
que són molt bons”.

(els Torms)

Article aparegut al n. 20 de "La Nacio Catalana "

terralliure.com

dimarts, 13 de desembre de 2011

Nova publicació del PNAC Catalunya del Nord

L’esquerra no n’encerta ni una

Índex

Manifest de l'Unabomber

La psicologia de l'esquerra moderna.
Sentiments d’inferioritat

Terra Nova es fica de peus a la galleda…

Fugir del foc i caure a les brases: el Front Nacional com enganyifa política

El Front National i l’economia

La gauche à coté de ses pompes

Sommaire

Manifeste de l'Unabomber

Psychologie de la gauche moderne
Le sentiment d'infériorité

Les relations entre les partis de gauche et les travailleurs

Terra Nova met les pieds dans le plat…

Front national et économie

Bilingüe 40 pàgines / Bilingue 40 pages.

pnaccatnord@ymail.com

Almenys 4 morts i 64 ferits en un atac amb explosius al centre de Lieja


Almenys 4 morts i 64 ferits en un atac amb explosius al centre de Lieja

Entre les víctimes mortals hi ha el propi atacant, Nordine Amrani, que s'ha suïcidat i havia estat condemnat fa tres anys per possessió d'armes. La policia nega que hi hagi còmplices, com s'havia dit en un principi


LAIA FORÈS

Brussel·les | Actualitzada el 13/12/2011 15:29

Una imatge de l'escena del tiroteig de la televisió pública belga / RTFB
Quatre persones han mort i almenys 64 han estat ferides, set d'elles greus, en un atac aquest dimarts al centre de la ciutat belga de Lieja, segons l'últim balanç que donen fonts judicials citades per la premsa belga. Un individu, que després s'ha suïcidat, hauria atacat amb quatre granades tipus thunderflash i un kalashnikov una parada d'autobús des del terrat d'un comerç de la plaça Saint Lambert. La policia ha negat que l'atacant tingui còmplices, com s'havia dit en un principi. L'autor dels crims es diu Nordine Amrani, d'una trentena d'anys, i havia estat condemnat fa tres anys per possessió d'armes.
Entre els ferits greus hi ha un nadó de 15 mesos que ha estat traslladat en parada respiratòria a l'hospital Saint-Joseph.
S'ha muntat un hospital de campanya dins el palau de Justícia, situat a la mateixa plaça.Un funcionari de l'edifici assegura que entre els ferits hi ha una dona amb un impacte de granada a la cara i una mà amputada, informa el diari La Libre Belgique.
Una hora després de les explosions encara se sentien trets a la zona. La policia, però, ha desmentit que hi hagués una persecució al costat de la plaça de la catedral, a centenars de metres de la plaça. Informacions no confirmades de la cadena RTL parlen de cinc ferits al carrer Saint Paul, prop de la catedral.
La policia recomana a tothom qui es trobi al centre de la ciutat que es tanqui dins els comerços. S'ha establert un perímetre de seguretat fins a les dues del migdia i s'ha aturat el transport públic.

http://www.ara.cat/

dimecres, 7 de desembre de 2011

Reunió al Casal per preparar un LipDub per la llengua


La federació en defensa de la llengua i la cultura catalanes, convoca una reunió avui al Casal Jaume Primer de Perpinyà a les 20h ...>>
Dc. 7 de desembre del 2011

Cal recordar que el 31 de març als diversos territoris administrats per l'estat francès, les veus s'aixecaran per a reivindicar una llei que garanteixi drets per a les llengües vernacles.

Si voleu més informació, aneu a la reunió, però també podeu contactar amb els organitzadors des d'aquí

Òmnium Cultural presenta web i premis a Perpinyà



Òmnium Catalunya Nord invita totes les persones interessades aquest dissabte 10 de desembre a les 6 de la tarda al Casal Català

En 2012, com els anys precedents, Òmnium Catalunya Nord organitzarà la vesprada literària dita Nit de Sant Jordi. Serà el 30 d'abril a l'església Sant Domènec a Perpinyà. A l'ocasió d'aquest sopar literari s'atorguen diversos premis per obres escrites en català : poesia, assaig, contes, reportatge…

Val la pena recordar que aquesta associació és sobretot coneguda per la seva important activitat d'ensenyança del català a adults. Aquest any assegura una quarantena de cursos a Perpinyà i a diverses altres poblacions de Catalunya Nord, particularment gràcies a les ajudes del Consell General dels Pirineus Orientals, de la Regió Llenguadoc-Rosselló, de la Generalitat de Catalunya, de la Vila de Perpinyà i de molts altres municipis de Catalunya Nord.

Per parlar de tot això i de les seves activitats, Òmnium Catalunya Nord invita totes les persones interessades aquest dissabte 10 de desembre a les 6 de la tarda al Casal Català (23 avinguda del Liceu a Perpinyà).

S'informarà sobre els premis 2012 i la manera de participar i es presentarà la pàgina web d'Òmnium Catalunya Nord, recentment creada per permetre al públic d'ésser regularment informat de les activitats de l'associació. Com és tradicional, la reunió acabarà amb una degustació de coques i vins del país.

El Punt Avui. Els premiats i jurats de la darrera edició de la Nit de Sant Jordi. Foto: OCCN.

dimarts, 6 de desembre de 2011

El forum del PNAC és obert.‏

http://pnac66.forumcrea.comhttp://www.blogger.com/img/blank.gif/index.php

Us invitem a participar-hi. A la gent del sud potser us sobtarà la molta presència del francès al fòrum, però heu de saber -molts ja ho sabreu- que la situació de la nostra llengua a la Catalunya del Nord fa que sigui impossible endegar-hi una empresa només en català.

Ànims i a participar-hi!

Intent d'un nou rècord mundial de lipdub a Perpinyà


Aprofitant una mobilització arreu de l'Estat francès en defensa de les llengües minoritzades el 31 de març vinent es vol reunir més de 6.000 persones per a superar el rècord mundial del Lipdub per la independència gravat a Vic

El 31 de març del 2012 els diversos pobles amb llengua pròpia que es troben sota administració francesa realitzaran manifestacions coordinades per a reivindicar una llei que garanteixi drets per les llengües minoritzades a l'estat francès. Alsacians, bascos, bretons, corsos, occitans i catalans ja han anunciat actes i mobilitzacions diverses. A Catalunya Nord la Federació per la defensa de la llengua i la cultura catalanes, que agrupa gairebé un centenar d'associacions, organitzarà la gravació d'un lipdub amb l'ambició d'aconseguir el rècord mundial de participació, un rècord del món que “ha de palesar la nostra voluntat de garantir la transmissió de la llengua catalana a les futures generacions”. “Tenim un objectiu clar: volem superar de llarg les 6000 persones al carrer per la llengua catalana, el dia 31 de març del 2012 a Perpinyà” afirmen des de la Federació nord-catalana. S'ha obert una pàgina web especial per explicar aquest projecte de rècord del món.

L'actual rècord també és català

Actualment el rècord mundial de lipdub, amb més de 5770 persones, és també català. Es tracta del Lipdub per la independència gravat a Vic, a la comarca de l'Osona. Els realitzadors del de Vic serien els encarregats també del de Perpinyà en col·laboració amb la Federació organitzadora. Un altre molt significatiu va ser el Lipdub per la llengua, enregistrat en diversos espais de Barcelona i que va comptar amb la participació de 1.500 persones i de nombrosos personatges coneguts, entre els quals l'actor, periodista i realitzador francès Antoine de Caune que estava a Barcelona en el moment del rodatge.

Què és un lipdub?

Un lipdub o lip dub (“doblatge labial”) és un vídeo musical realitzat per un grup de persones que sincronitza els seus llavis, gestos i moviments amb una cançó popular. La filmació sol realitzar-se en una sola seqüència, sense talls, en la qual els participants sincronitzen els llavis amb la lletra de la cançó que escolten en un reproductor d'àudio mòbil. Posteriorment, s'edita la gravació resultant incorporant la cançó original com a banda sonora del lipdub. Els lipdub més populars són fets mitjançant una sola seqüència, que sovint ens transporta a través d'espais diferents i situacions d'un entorn, on alguns participants surten cantant un tros de la cançó fins que són substituïts per uns altres, que continuen per on anaven els anteriors, i així successivament, fins al final de la cançó. Els autors d'aquests vídeos solen tractar de mostrar el bon ambient d'un grup determinat a més de realitzar de forma col·lectiva una experiència creativa, lúdica i sense complicacions tècniques.

El Punt Avui

Musulmans contra les retallades


Musulmans s'ha manifestat a Terrassa contra les retallades anunciades pel Govern d'Artur Mas.

Unes 3.000 persones, en la seva majoria musulmans, han protestat contra les mesures previstes pel Govern per a reduïr despeses, i, en concret, contra la regulació i el canvi de sistema de pagament del Pirmi.

El col·lectiu magrebí ha mostrat la seva força al carrer en una manifestació que s'ha iniciat a Ca n'Anglada, un dels barris del centre de Terrassa amb més immigració. La concentració ha reivindicat el dret de la ciutadania als serveis socials i laborals.

Durant la concentració s'han vist pancartes contra el Govern i s'han sentit crits contra els polítics i a favor dels ajuts a les famílies que estan patint les conseqüències de la crisi.

Imatge de la manifestació (Cristobal Castro/Diari de Terrassa)

La perte d'une identitée commence par la perte de sa langue

dijous, 1 de desembre de 2011

Miss Islam Catalunya, l’any vinent a Salt


Las concursantes deberán demostrar sus capacidades en la cocina, recitar poesía y lo más importante, su conocimiento del Corán

L’any vinent tindrà lloc a Salt el primer certamen de Miss Islam Catalunya, en el qual es premiarà, entre d’altres, la musulmana que més sàpiga cuinar i la més casta. Podran participar-hi totes les dones musulmanes d’entre 18 i 25 anys, i les virtuts que promou l’esdeveniment són l’augment del sentiment religiós, l’arrelament a les tradicions (no pas les catalanes, però) i el foment de ser casta.


http://somnoticia.cat

dimecres, 30 de novembre de 2011

Ajudem el Conflent mantenir la Televisió Catalana


L'Associació ALENTORN ( de Prada de Conflent) ha llançat una subscripció per talhttp://www.blogger.com/img/blank.gif que el repetidor que va contribuir a instal·lar l'any 1992 pugui ser transformat en repetidor digital i que TV de Catalunya no desaparegui de les pantalles del Conflent.

A sota us podeu descarregar la butlleta de subscripció..

Gràcies per ajudar

subscripció

El Tirol del Sud vota sí a la Independència


Font: Anna Arqué

Una breu nota de premsa per informar del resultat del procés de la Consulta sobre l`Autodeterminació al Süd-tirol (Vall Arhntal) que ha finalitzat aquest passat dia 19N i que ahir 26N en una assemblea general, plena de gom a gom, membres del moviment Süd-tirol FreiHeit van fer saber els resultats finals.

A diferència del procés de la Consulta sobre la Independència a Catalunya, on molts dels organitzadors sudtirolesos varen participar com a Observadors Internacionals, al Süd-tirol no es donaven els resultats per cada una de les tongades de votacions, ahir, doncs, eren els primers resultats que s`oferien i aquests van ser els globals de totes 5 votacions repartides durant l`any.

Resultats Consulta sobre Autodeterminació Süd-tirol:

Si: 95,24%
No: 2,76%
Blanc: 1,76%
Participació: 31,2%

Els organitzadors estan encantats amb els resultats, declaren que han aconseguit la mobilització de molta gent i sobretot han donat esperança i força per treballar encara més per normalitzar la situació anòmala en la que viuen des de desprès de la 1era Guerra Mundial. Una mostra va ser la assistència a la assemblea d`ahir que va aconseguir omplir la sala d`actes obligant a molts a seguir l`acte d`empeus.

L`associació "Welcome Mr.President" (WMP), que va actuar com observador Internacional, així com tants altres voluntaris, que han seguit el procés des de Catalunya, felicitem amb entusiasme al poble del Süd-tirol i desitgem que com la resta de territoris i Nacions Europees ara dins un Estat alié, que aviat exercim el Dret Universal d`Autodeterminació i fem possible aquesta Europa de les Nacions que significa l`Europa de la justícia i el progrès solidari des del reconeixement de la sobirania dels Pobles que la conformen

dimarts, 29 de novembre de 2011

Peces-Barba justifica el bombardeig a Barcelona del 1934 perquè la Generalitat havia proclamat la República Catalana


Peces-Barba justifica el bombardeig a Barcelona del 1934 perquè la Generalitat havia proclamat la República Catalana

El 'pare' de la constitució espanyola hi torna recordant "el escándalo de los bombardeos": "hubo que bombardear muchas veces Barcelona,
la última en el año treinta y cuatro". I demà, aquestes lamentables declaracions no seran portada...

El ponent de la Constitució Gregorio Peces-Barba ha justificat el bombardeig contra Barcelona el 1934 perquè la Generalitat havia proclamat
la República Catalana "dins d'una confederació ibèrica que s'havien inventat". En una entrevista al 'Diario Progresista', el jurista ha recordat
la polèmica que van generar les seves lamentables afirmacions fent mofa dels bombardejos a Barcelona i, lluny d'arreglar-ho, s'ha
empastifat novament.

"Luego estuvo lo del escándalo de los bombardeos. -ha dit Peces-Barba- Hubo que bombardear muchas veces Barcelona, la última en el
año treinta y cuatro. Y por qué el general Batet hizo aquello? Pues porque la Generalitat había proclamado la república catalana dentro
de una confederación ibérica que se habían inventado". El catedràtic ha afegit que els "sectors radicals de Catalunya tenen molt poc sentit
de l'humor", en referència a les reaccions que van generar les seves paraules al congrés d'advocats de Cadis.http://www.blogger.com/img/blank.gif

En l'entrevista, que s'ha publicat aquest dilluns, Peces-Barba ha dit que "Catalunya mai no seria independent d'Espanya i que, si això passés,
mai no podria entrar al mercat comú". Segons ell, seria així perquè "uns altres països tindrien problemes semblants i l'efecte contagi
podria ser molt perillós per França, per Itàlia, per Alemanya, per Bèlgica...".

Gernika i ETA
Dies després de les seves polèmiques declaracions a Cadis, el catedràtic i pare de la Constitució va dir que "no es el mateix" fer broma amb
els bombardejos de Barcelona que amb els de Gernika o els assassinats d'ETA.

Tribuna.cat

Le droit de planter et cultiver librement bientôt interdit ?

Le droit de planter et cultiver librement bientôt interdit ?
Par Sophie Chapelle (24 novembre 2011) Basta!

Les industries et multinationales semencières veulent rendre les paysans captifs… grâce à la loi. Les députés doivent examiner le 28 novembre un texte instaurant une « contribution volontaire obligatoire » : une véritable dîme sur les semences. Ressemer librement sa propre récolte ou échanger des variétés de plantes deviendra illégal. Soucieux de préserver l’autonomie alimentaire, des paysans et des citoyens entrent en résistance.



Demain, graines et semences ne seront peut-être plus libres. Des agriculteurs s’inquiètent d’une proposition de loi votée par les sénateurs le 8 juillet dernier, et déjà appliquée par décret aux productions de blé tendre. S’ils veulent conserver une partie de leur récolte pour la ressemer l’année suivante (quoi de plus naturel ?), les producteurs de blé tendre doivent payer une redevance appelée « Contribution volontaire obligatoire » (sic). « L’enjeu de cette nouvelle proposition de loi est d’étendre ce mécanisme à tous les paysans, alerte Guy Kastler, du Réseau semences paysannes. Chaque fois qu’on cultivera un hectare, ils prendront un peu d’argent de nos poches pour payer les détenteurs de propriété intellectuelle. » La loi prévoit de considérer la reproduction de semences à la ferme, sans payer cette dîme moderne à leurs « propriétaires », comme une contrefaçon [1]. La récolte pourra alors être saisie.

Qui sont ces propriétaires de semences à qui la « contribution volontaire » sera reversée ? Depuis 1949, toute variété de semence mise sur le marché doit obligatoirement être inscrite sur le catalogue géré par l’Office communautaire des variétés végétales (OCVV), dont le siège est à Angers [2]. Cet office accorde un droit de propriété intellectuelle, d’une durée de 25 à 30 ans, à « l’obtenteur », celui qui a sélectionné cette variété. Les principaux détenteurs de ces « certificats d’obtention végétale » [3] ne sont autres que les grandes multinationales semencières : Bayer, Limagrain, Monsanto, Pioneer, Vilmorin ou Syngenta. Tous réunis au sein de l’Union française des semenciers, qui aurait fortement appuyé le projet de loi.

Rendre les paysans captifs

« Le fait que l’obtenteur soit rétribué pour son travail de recherche ne nous pose pas de problème, explique Jean-Pierre Lebrun, un maraîcher biologique à la retraite. En revanche, nous sommes opposés à ce que ces obtenteurs récupèrent des taxes sur le travail de sélection que nous menons dans nos fermes. » Avec d’autres paysans et des consommateurs soucieux de préserver l’autonomie alimentaire, Jean-Pierre a fait le déplacement à Angers ce 19 novembre pour « débaptiser » l’OCVV, renommé « Office communautaire de la confiscation des semences ». Un geste symbolique qui en dit long sur les menaces pesant sur l’avenir de notre alimentation.

Yves Manguy, agriculteur à la retraite, connaît bien les semences de ferme, ces graines récoltées à partir de variétés sélectionnées par l’industrie semencière, mais multipliées par l’agriculteur lui-même par souci d’économie et d’indépendance. Pour cet ancien porte-parole de la Coordination nationale pour la défense des semences fermières (CNDSF), l’objectif des firmes semencières est clair : « Elles veulent instaurer un marché captif, que les agriculteurs achètent leurs semences et qu’ils n’en fassent plus chez eux. La loi en préparation consiste non pas à interdire complètement mais à restreindre un maximum le droit des semences à la ferme. » Le texte propose ainsi d’autoriser la semence de ferme pour seulement 21 espèces – en échange du paiement de la Contribution volontaire obligatoire – et d’interdire cette pratique pour toutes les autres espèces.



« Ce n’est pas la recherche qu’ils veulent rémunérer mais les actionnaires »

Pourquoi cette redevance ? Officiellement, pour financer la recherche. Actuellement, 85 % des sommes récoltées par la Contribution volontaire obligatoire sont reversées directement aux obtenteurs, et 15 % servent à alimenter le Fonds de soutien à l’obtention végétale en blé tendre. « Les objectifs de sécurité et de qualité alimentaire doivent être définis par le public, et non par les seules recherches de profits des entreprises semencières privées », argue la Confédération paysanne. D’après le syndicat, l’application de la proposition de loi entraînerait un prélèvement supplémentaire sur le revenu des agriculteurs français estimé à 35 millions d’euros. « La recherche doit être financée aussi par le public et non par les seuls agriculteurs. Il convient de mettre en place un mécanisme de financement public de la recherche », estime la Confédération paysanne. Le syndicat suspecte l’Union française des semenciers de vouloir d’ailleurs tripler la redevance (environ 3,50 euros par hectare aujourd’hui).

Des carottes illégales et des choux clandestins

Non loin de l’Office communautaire des variétés végétales, sur la place du Pilori, dans une rue piétonne d’Angers, se déroulent les rencontres des semences paysannes et fermières d’Anjou. Ici, des artisans semenciers partagent une même passion, celle de la sélection, de la conservation, de la multiplication et de l’échange des semences. François Delmond est membre de l’association Les Croqueurs de carottes, qui sauvegarde les variétés potagères traditionnelles menacées de disparition. Sur le stand, plusieurs variétés de carottes et de choux rouges sont proposées à la dégustation. Les réactions varient du « surprenante, celle-là » au « celle-ci a un goût de noisette très fort, vous ne trouvez pas ? ». Pour François, ces dégustations sont l’occasion de montrer l’impact des choix variétaux sur la qualité gustative.

« Ce que vous mangez est une variété de carotte illégale car elle a été radiée du catalogue, elle ne respectait pas les critères », explique François à une passante. Entre 1954 (date d’existence du premier catalogue des variétés de plantes potagères) et 2002, 80 % des variétés ont été radiées du catalogue, à cause d’une réglementation de plus en plus contraignante. « Ce que nous voulons, c’est la liberté de faire notre travail en âme et conscience, la liberté du jardinier de semer la variété qu’il veut et la liberté du consommateur d’accéder à des aliments différents. » Une liberté qui contribue à l’augmentation et à la conservation de la biodiversité cultivée, à la réduction de l’utilisation des pesticides ainsi qu’à l’essor de variétés adaptées à leurs terroirs et aux variations climatiques.

Rébellion contre la dîme des multinationales

Une campagne pour une loi de reconnaissance positive des droits des agriculteurs et des jardiniers sur les semences vient d’être lancée par plusieurs organisations. « Les droits des agriculteurs de conserver, ressemer, échanger et vendre leurs semences, les protéger de la biopiraterie et des contaminations par les OGM brevetés, et de participer aux décisions nationales concernant la biodiversité cultivée sont reconnus par le Traité international sur les semences approuvé en 2005 par le Parlement français », rappelle Anne-Charlotte Moÿ, en charge des questions juridiques au Réseau semences paysannes. Or, une succession de règlements européens et de lois nationales conduisent progressivement à leur interdiction totale.

La proposition de loi relative aux certificats d’obtention végétale doit être débattue le 28 novembre à l’Assemblée nationale. Il est encore possible de participer à la cyberaction, qui a déjà recueilli plus de 14 000 signatures, et un rassemblement est prévu devant l’Assemblée. « Il nous faut rester mobilisés, avertit Guy Kastler, afin de ne pas abandonner l’alimentation à quelques firmes multinationales. » Il y a trois siècles, les paysans versaient la dîme ou étaient contraints à des corvées au profit du seigneur local, propriétaire des terres... Aujourd’hui, cette domination s’est déplacée vers les semences.

Sophie Chapelle
Notes

[1] Lire à ce sujet Comment les semenciers tentent d’asservir l’agriculture paysanne.

[2] Pour être inscrites, les variétés doivent répondre à trois critères : la distinction (la variété doit être nettement distincte de toute autre variété notoirement connue) ; l’homogénéité (la variété est suffisamment uniforme dans ses caractères pertinents) ; la stabilité (la variété reste conforme à la définition de ses caractères essentiels après avoir été reproduite ou multipliée).

[3] En Europe, on utilise le terme de « certificat d’obtention végétale », qui protège une variété. Son équivalent outre-Atlantique est le brevet, qui protège l’information génétique contenue dans une même variété. Du coup, il arrive qu’une plante fasse l’objet d’un double droit de propriété intellectuelle...

Kevre Breizh tacle Jean-Luc Mélenchon

Depuis sa création, il y a vingt ans, la Fête de l'Huma-Bretagne, à Lanester, a toujours conjugué un double engagement : de gauche (communiste) et régional. Nombre d'artistes de la scène bretonne s'y sont produits. Thierry Goyet et Daniel Gilles, deux de ses "pères", ont d'ailleurs souvent qualifié ce rendez-vous militant de "Petit interceltique". Cette année, par le jeu des alliances au sein du Front de gauche, l'invité politique vedette était bien sûr... Jean-Luc Mélenchon. Un homme, ministre de l'Enseignement professionnel, qui s'était farouchement opposé à toute aide publique à Diwan et avait qualifié le breton unifié de "pseudo langue". Sa venue à Lanester, ce week-end, n'a pas manqué de susciter des réactions...

Photo archives David Ademas

Ouest France


"Mélenchon, Sarkozy, Le Pen, un même combat contre les langues régionales"


En s'opposant à la ratification de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires, au prétexte que celle-ci donnerait des droits particuliers à des catégories de citoyens, et en amalgamant respect de la diversité culturelle et Europe libérale sur le plan économique, le Parti de gauche, et M. Mélenchon, au cours de sa campagne en Bretagne, profèrent des contre-vérités, écrit Kevre Breizh, la coordination des associations culturelles bretonnes. Lire la suite

Le Conseil d'État annule la suspension de culture du maïs Monsanto


La décision avait été prise par le gouvernement français en février 2008 et remise en cause depuis par la Cour de justice européenne.

AFP 28/11/11

Le Conseil d'État en France a annulé, lundi, la suspension de culture du maïs OGM de Monsanto prise par le gouvernement français en février 2008 et remise en cause depuis par la Cour de justice européenne. "Le Conseil d'État relève que le ministre de l'Agriculture n'a pu justifier de sa compétence pour prendre les arrêtés, faute d'avoir apporté la preuve de l'existence d'un niveau de risque particulièrement élevé pour la santé ou l'environnement", a indiqué le Conseil dans un communiqué.

dilluns, 28 de novembre de 2011

Perpinyà: Cultura catalana.

Reclutament al Foment de la sardana de Perpinyà "Esbart dels Reis de Mallorca"

Balls i músiques dels Països Catalans des de 1931.

Adults: cada dimarts 19H30.
Nens(6 a 14 anys): Cada divendres de 18H30 a 20H30.

Gimnàs Al Sol ( Greta)
8, carrer dels jardins Sant Lluís
66000 Perpinyà

Extracte musical: Ball de bruixes

Perpinyà: Rifla en català.


Dissabte 3 de Desembre 20 h 30 - Satèl·lit . Palau de les exposicions

Us invitem a participar a la Gran rifla en català en benefici de l'ensenyament en català a les escoles de Perpinyà

divendres, 25 de novembre de 2011

CANIGÓ DE LLUIS SOLER

TEATRE a Perpinyà.

CANIGÓ DE LLUIS SOLER
DIJOUS, 8 DE DESEMBRE 2011 20H30

LE CARRÉ (PETITE SALLE)

Espectacle en català

Un text com Canigó mereix que se li faci un homenatge a la força de la paraula, a la potència de la llengua, sense més disfresses que li treguin protagonisme.
La llengua per si sola pot arribar a ser un valor a l’alça i Verdaguer ho va demostrar de sobra.

Ara toca endinsar-nos al bosc de paraules que ens regala Verdaguer en el seu Canigó, atrevir-nos a jugar la partida lingüística amb la que Verdaguer ens
repta, desentranyar amb ulls actuals un text força allunyat en el temps, recuperar el gaudi de la llengua per si mateixa.

l’Ecosse et le Pays basque sont les nations qui gagneraient le plus à se séparer

24/11/2011 – 11h00 MADRID (NOVOpress Breizh) – Selon les conclusions d’une étude menée par une équipe de chercheurs espagnols, français, russes et américains, l’Ecosse et le Pays basque sont les nations qui, en Europe, gagneraient le plus – du moins sur le plan économique – à se séparer des pays auxquels ils appartiennent actuellement. Une enquête originale, tant par son objet que par sa méthode, qui pourrait concerner beaucoup d’autres régions, en France et en Europe – à commencer par la Bretagne.

Selon une étude universitaire, l’Ecosse et le Pays basque auraient intérêt à prendre leur indépendance

Révélée par l’Express, cette étude a été réalisée sous la direction d’Ignacio Ortuño Ortín de la Carlos III University of Madrid, en collaboration avec la New Moscow School of Economics (Russie), la Southern Methodist University de Dallas, (USA) et la « Toulouse School of Economics » – in french »l’École d’économie de Toulouse » – une des meilleures d’écoles d’Europe en sciences économiques.

A partir d’un modèle mathématique qui évalue les avantages économiques pour les pays à se regrouper ou au contraire à se séparer, les chercheurs de ces universités sont arrivés à la conclusion que le Pays basque aurait intérêt à quitter de l’Espagne et l’Ecosse du Royaume –Uni. Le modèle se fonde non seulement sur le potentiel économique des pays – rien de surprenant – mais aussi sur leur identité culturelle, ce qui est plus original.

L’identité culturelle étant délicate à évaluer avec précision, l’équipe d’universitaires a donc eu l’idée, pour évaluer ce facteur, de se fonder sur la génétique des populations, estimant à juste titre que la distance génétique des nations est un indicateur fiable de leur plus ou moins grande proximité culturelle. Une approche on le voit très novatrice, fort éloignée du conformisme idéologique dominant, même si les hypothèses retenues ne prennent en compte que le seul intérêt économique des pays, les aspects géopolitiques étant notamment écartés.

Sur cette base, l’étude a envisagé par exemple les meilleures alliances que les pays européens devraient conclure entre eux au cas où l’Union européenne éclaterait. Dans ce schéma, l’Autriche devrait par exemple s’allier avec la Suisse, le Danemark avec la Norvège – ce qui n’a rien de bien surprenant – et la France…avec le Royaume Uni – ce qui parait plus original. Selon les chercheurs, il existe aussi des cas où les avantages entre pays ne seraient pas réciproques : ce serait notamment celui de l’Espagne, qui pourrait tirer avantage à s’unir à la France, alors que le contraire ne serait pas exact.

Enfin, toujours selon Ignacio Ortuño Ortín, si l’Union européenne devait se maintenir et adopter une gouvernance économique et budgétaire commune, quatre pays seraient bénéficiaires : le Portugal, la Grèce, l’Irlande et la Finlande qui devraient en profiter le plus avec des augmentations de richesse de respectivement 13%, 11,9%, 8,9% et 8%. Par contre l’Allemagne, la France et l’Italie pourraient être les grands perdants.

[cc] Novopress.info, 2011 Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine [http://breizh.novopress.info/]

dijous, 24 de novembre de 2011

Per una banca pública

Un dels avantatges de l’actual crisi econòmica és que posa al descobert les misèries polítiques de molta gent que fins ara anaven en careta. En el cas de què parlem, de tota la classe política, de tots aquells que no demanen una cosa tan senzilla com és la creació d’una banca pública.


Tothom sap que una banca pública podria fer les funcions que fa la banca privada, amb fets positius com que els beneficis quedarien a l’erari públic, entre altres. O no evitaria aquesta vergonya d’haver de rebaixar pensions als jubilats i retallar tal o qual servei per estalviar uns milions que seran regalats a la banca privada, la mateixa banca que blanqueja el diner brut del tràfic de drogues o d’armes.

I aquest són només un parell de les coses positives que portaria una banca pública.
Per què no la demanen els partits parlamentaris? Potser perquè tots tenen amb la banca privada uns deutes tan grans que els tenen agafats pels collons?

Sigui com sigui, el PNAC demana la creació urgent d’una banca pública catalana. Com en altres propostes, no ens agradaria estar sols. I més quan la creació d’aquesta banca és una proposta tan carregada de raó!


www.terralliure.com

dimecres, 23 de novembre de 2011

L'immigration coûte à la France 70 milliards d'euros


Yves-Marie Laulan : l'immigration coûte à la France 70 milliards d'euros


Démographe, économiste et géopoliticien, ancien directeur général du Crédit municipal de Paris, ex-président du Comité économique de l’Otan, Yves-Marie
Laulan a enseigné à l’Ena, aux Universités de Dauphine et de Paris 2, avant de fonder I'Institut de Géopolitique des Populations.

Monde et Vie : Yves-Marie Laulan, connaît-on le nombre des personnes issues de l’immigration qui vivent en France ?

Yves-Marie Laulan : Nous en avons une idée assez précise. Actuellement il est possible d’évaluer la population immigrée et issue de l’immigration
(autrement dit les étrangers et les première et deuxième générations nées sur le sol français) entre 7 et 8 millions de personnes, soit plus du dixième de la
population française. Ces personnes sont originaires, pour l'essentiel, de l'Afrique noire, du Maghreb et un peu de Turquie. Ces communautés très
importantes, dont les racines ne sont pas en France, peuvent représenter politiquement un vivier électoral très intéressant, ce qui explique l’attitude du parti
socialiste, par exemple, qui souhaiterait capter ces suffrages pour s'emparer du pouvoir.

Quelle est I'importance des immigrés originaires de l'Europe de I'Est ?

Les ressortissants des pays de l’Est de I'Europe ne représentent pas plus de 3 % De cette population immigrée, soit 200.000 à 300.000 personnes au
maximum.

La presse publie régulièrement des communiqués de victoire à propos du taux de natalité français. Que faut-il en penser ?

Nous avons le taux de fécondité le plus élevé d’Europe : 1,81 %, ce qui permet à l’Insee et au Figaro d’écrire que nous sommes les champions. Mais en
réalité, sur 830.000 naissances recensées en France en 2006, 165.000 venait de cette population issue de l’immigration. En réalité, le taux le taux de
fécondité de la population française « de souche » avoisine celui de la Grande-Bretagne, à 1,6 %. Celui des Maghrébins en France est de 2,7 % et celui
des Noirs d'origine africaine de 4,2 %. Michèle Tribalat, qui a longtemps travaillé à l'INED, a montré dans une étude publiée voilà trois ans que 31 % des
jeunes de moins de 20 ans en Ile-de-France, et 18 % à l'échelle nationale, sont originaires de l’Afrique noire, du Maghreb et de la Turquie. Dans 30 ans,
nous aurons passé la barre des 50 %. Sans cet apport, nous ne serions pas champions d’Europe ! Cette situation aura des conséquences évidentes sur
les mœurs, l'économie et la politique, comme la bien compris le parti socialiste.

Peut-on savoir combien coûte l'immigration à la France ?

C'est un sujet effroyablement compliqué, car l'administration française ne consacre pas de mission ni de programme budgétaires à I'immigration. Les coûts
sont dissimulés. C'est pourquoi une étude réalisée sous l'égide de Philippe Seguin, lorsqu'il était président de la Cour des comptes, est arrivée au chiffre
ridicule de 700 millions d'euros. Dans le cadre de la présentation budgétaire actuelle, il était impossible d'identifier un coût supérieur.

Cependant, en 2006, nous avons fait paraître dans le cadre de I'Institut de géopolitique des populations, que j'ai créé voilà une douzaine d'années avec
Jacques Dupâquier, un « essai d'évaluation des coûts économiques et financiers de I'immigration », réalisée avec plusieurs experts, en particulier Gérard
Lafay, professeur à l'université Paris II, et Jacques Bichot, professeur à l'université de Lyon III.

En utilisant toutes sortes de documents, non seulement tirés du budget de l'État et celui de la Sécurité sociale, mais émanant aussi des directions
ministérielles : Éducation nationale, Intérieur, etc., nous avons essayé d 'identifier les coûts liés à I'immigration, fonction par fonction, et au bout de ce travail
de Romains nous sommes arrivés à un chiffre de 35 milliards d'euros au minimum, qui augmente d'environ 10 % chaque année ; mais en réalité, les experts
qui ont travaillé à cette étude pensent qu'il faut le doubler et que le véritable coût de I'immigration pour la France - entre l'école, les transports, le logement,
la sécurité sociale, les aides, etc. - atteint 70 à 80 milliards d'euros, soit l’équivalent annuel du déficit budgétaire. Autrement dit, la France s'endette pour
assimiler des jeunes gens dont un certain nombre la remercie en brûlant des voitures...

Heureusement il existe aussi des immigrés qui se comportent convenablement et travaillent : ils représentent environ 10 % de la population concernée et
dégagent une contribution positive à I'effort national que I'on peut estimer à une dizaine de milliards d'euros. Le solde négatif de l'immigration est donc
compris dans une fourchette de 60 à 70 milliards d'euros par an.

Quel est le plus gros poste de dépenses ?

C'est évidemment le poste social.

Comment expliquez-vous que vos travaux et ceux des experts qui ont participé à votre étude ne soient pas utilisés ?

Le gouvernement ignore volontairement nos travaux parce qu’il ne veut pas que les Français sachent la vérité. Il laisse donc volontairement les idéologues
de l’Insee et de I'Ined les tromper. C'est ainsi que l'on tue un pays.

Propos recueillis par Helvé Bizien – Le Monde et la Vie, 16 juillet 2011 – n° 846.

Seulement Une douzaine de boucherie-charcuteries traditionnelles catalane subsistent à Perpignan.


Perpignan: Le boom des produits halal


Une douzaine de boucherie-charcuteries traditionnelles subsistent à Perpignan
. Rien que rue Llucia et place Cassanyes, onze boucheries halal cohabitent ! Le Bas, le Moyen et le Haut-Vernet sont aussi bien achalandés. Au total, sur la ville, le rapport est de 1 à 3, en faveur du marché halal. Un marché estimé à 5,5 milliards d'euros annuel en France, dont 4,5 milliards en dépenses alimentaires.

Le halal s'enflamme. Et les 15 000 musulmans des P.-O*. n'échappent pas à un phénomène qui dépasse le cadre du simple panier de la ménagère. Sur le net, le halal se décline à toutes les sauces : sites de rencontres, annuaires, voyages, services et bien d'autres revendiquent ce label. Même des placements financiers ! Les sociologues inventent les termes "beurgeois" ou "golden beurs" pour classifier des consommateurs aisés issus de l'immigration maghrébine première ou deuxième génération. Depuis dix ans, un salon du halal décline le phénomène à Paris. "Sur ce marché, la croissance est à deux chiffres", calcule Abbas Bendali, spécialiste marketing au cabinet Solis. Lire la suite

*P.O = appellation républicaine française, entendre Catalunya del Nord.

Le marché Hallal progresse de 10% en France (2011)

Selon une étude publiée par Symphony Iri Group, le marché du Halal n’a progressé cette année « que » de 10,5 % (157 millions d’euros en hypermarchés, supermarchés et magasins hard-discount, contre 142 millions d’euros l’année précédente), alors que la croissance de 2010 s’élevait à 25 %. “Le marché a besoin de retrouver un second souffle”, conclut l’étude du 16 novembre.

Pourtant, cette étude révèle, sans grande surprise finalement, que l’assortiment de produits dit « halal » (les guillemets sont indispensables, vous l’aurez compris) ne cesse de s’agrandir, puisque le nombre de références a progressé de 23,1 % sur les douze derniers mois. Les autres faits marquants de cette année sont la continuation du succès de la volaille (44,4 millions d’euros de ventes, +12,8 %) qui reste leader devant la charcuterie (34,8 millions, +10,8 %) et l’épicerie (16,8 millions) et le bond significatif des ventes en supermarchés.



dimarts, 22 de novembre de 2011

Recopilació de dades electorals interessants



Recopilació de dades electorals interessants (Generals 2011)

Racó Català

DIEMPROU.CAT

DIEMPROU.CAT

A partir del dia ú de gener del 2012 no reconeixerem l’estat Espanyol com a nostre. Moralment fa temps que ho havíem deixat de fer però aquesta data hem decidit fer-ho oficialment.

A partir de Cap d’Any no atendrem la documentació que ens arribi de l’estat Espanyol. Tampoc no pagarem cap tribut a l’estat que, a partir d’aquesta data, considerarem veí.

El nostre Govern és la Generalitat de Catalunya, el màxim representant del qual és el MH President de la Generalitat. Per damunt d’aquest Govern només atendrem la Comunitat Europea, sempre i quan aquesta ens respecti com a país, cosa que així esperem.

Els principals motius d’aquesta decisió (que són evidents; molts i clars) serien:

*Tracte econòmic absolutament injust i abusiu de l’estat Espanyol cap a Catalunya.

*Entorpiment barroer al nostre desenvolupament econòmic-empresarial, utilitzant criteris il.lògics des de qualsevol àmbit (aeroports, línies ferroviàries, ports, energies...)

*Menyspreu i atac constant a la nostra llengua, cultura i ambició esportiva, provocant i incentivant discòrdia on no n’hi ha.

*Impediment de presa de decisions que com a país ens pertocarien: menció especial a la immigració.

I el que fa vessar el got.... IRRESPECTUOSOS AMB LES DECISIONS QUE PRENEM LEGALMENT COM A POBLE AL NOSTRE PARLAMENT.

Jean-Jacques Rousseau et Victor Hugo étaient-ils de grands malades ?

PARIS (NOVOpress) – Vaches sacrées de la Révolution et de la
République françaises (on ne compte plus le nombre de bâtiments
publics à leur gloire), Jean-Jacques Rousseau et Victor Hugo
étaient-ils de grands malades ?

Plus précisément, des malades mentau?
Le docteur Augustin Cabanès les classait en effet le siècle dernier
dans la catégorie des Grands névrosés de l’histoire, un ouvrage que
les éditions de l’Opportun viennent de rééditer. Névrose : « Affection
nerveuse, caractérisée par des troubles émotionnels et affectifs, qui
n’altère pas les fonctions intellectuelles », selon la définition de
L’internaute.com. Le praticien reprend Sénèque et Aristote : « Il n’y
a pas de grand génie sans une dose de folie ».

Dans le cas de Rousseau et Hugo, cette dose de folie est conséquente.
Concernant l’actuel hôte du Panthéon à Paris, père spirituel de la
Révolution française, idole de Robespierre, il souffre dès sa jeunesse
d’idées « délirantes de persécution ». La plume d’Augustin Cabanès est
sans pitié : « Psychopathe, Rousseau le fut, sans conteste ». Le
médecin s’attache également à démystifier Victor Hugo. La pathologie
de l’auteur des Châtiments ? Une mégalomanie sans frein. « Un homme
qui se comparait à Napoléon et se laissait adorer à l’égal de Dieu, ce
fut miracle si son cerveau n’éclata pas ; d’autant que la folie avait
fait, à maintes reprises, son apparition dans sa famille », constate
l’historien.

Car pour Augustin Cabanès, l’étude de ces troubles mentaux puisse ses
racines dans la recherche généalogique, « les antécédents génétiques
et l’hérédité ». L’importance du sang dans les comportements. Ce que
reconnaissait en juin dernier le trimestriel Science & Vie à sa Une en
titrant : « Troubles mentaux : la part des gènes ». Un livre
passionnant qui invite aussi à découvrir la part d’ombre d’autres
artistes : Chopin, Molière, Byron ou… Nicolas Gogol.

diumenge, 20 de novembre de 2011

El socialistes ja reconeixen la derrota


Segons el sondatges a peu d'urna, gran majoria absoluta del PP i daltabaix del PSOE · CiU guanyade tres a cinc escons més · ERC preserva els tres que té · ICV en guanya dos més · Compromís, un · Amaiur n'arrabassa sis o set

Els resultats a l'estat, a Catalunya, al País Valencià i a les Illes

El sondatge a peu d'urna fet públic per les televisions públiques al tancament de les urnes confirmen una gran majoria absoluta del PP, que obtindria entre 181 i 185 diputats; el PSOE, que ja ha reconegut la derrota electoral, entre 115 i 119; CiU, entre 13 i 15; IU-ICV, entre 9 i 11; Amaiur, entre 6 i 7; PNB, entre 4 i 5; UpyD, entre 3 i 4; ERC mantindria els 3; CC, entre 2 i 3; el BNG, 2, el Foro d'Álvarez Cascos, 1; Compromís 0-1.

A Catalunya, el sondatge apunta que el PSC perdria entre vuit i deu diputats i es quedaria amb 15-17 escons; CiU seria la segona força, guanyant tres o cinc diputats i en tindria 13-15; el PP pujaria, però no tant com indicaven alguns sondatges, i passaria de 8 a 11; ICV pujaria de 1 a 3 i ERC mantindria els 3 que té.

Al País Valencià, el PP pujaria de 19 a 20 o 22; el PSOE, baixaria de 14 a 9-11, EUPV entraria amb 1 0 2 diputats; UPyD podria treure un diputat i Compromís també en tindria un.http://www.blogger.com/img/blank.gif

A les Illes, el PSM-IV-ExM quedaria sense representació i PP en tindria 5 i PSOE, 3.

Iceta felicita el PP

Tan sols deu minuts després del tancament dels col·legis, i un cop publicats els resultats dels sondatges a peu d'urna, el vice-primer secretari del PSC, Miquel Iceta, ha comparegut per acceptar la derrota socialistes i ha felicitat el PP per la majoria absoluta.

vilaweb

dissabte, 19 de novembre de 2011

Le Parti de Gauche: Revendiquer des droits particuliers (..) est une atteinte à l'égalité républicaine

Communiqué du Parti de Gauche de Bretagne publié le 15/11/11 20:56
La position du Parti de Gauche sur les langues régionales



RENNES/ROAZHON— MOTION ADOPTEE PAR LE PARTI DE GAUCHE A propos des langues régionales et minoritaires

"Revendiquer des droits particuliers à une catégorie de la population au nom des différences, est une atteinte à l'égalité républicaine."


Le Parti de Gauche est parfois interpellé sur la question des langues régionales et/ou minoritaires et leur enseignement. Nous voulons, avec cet argumentaire, affirmer et préciser notre position de principe sur ce thème. La France s'est dotée, depuis les années cinquante, d'un cadre législatif protecteur pour les langues régionales.

L'apprentissage des langues régionales et minoritaires est possible dans l'enseignement public : basque, breton, catalan, occitan, corse, tahitien, ainsi que
4 langues mélanésiennes. Les langues régionales et minoritaires sont prises en compte pour l'obtention du bac. Rien donc n'empêche dans les textes la pratique des langues régionales pour celles et ceux qui le souhaitent. Ce débat a lieu dans un contexte général d'offensive libérale. En particulier, la réforme des collectivités territoriales constitue l'un des dispositifs de ce projet de concentrations imposées, renforçant la concurrence et les inégalités entre les territoires et nourrissant les inégalités sociales. De plus, la question d'un acte III de la décentralisation est aujourd'hui ouverte dans le débat public.

Cette contre-réforme et ces projets ne font qu'obéir aux directives européennes qui visent à transformer la France en une juxtaposition de provinces et de grandes métropoles en compétition les unes avec les autres dans le cadre du grand marché transnational de la concurrence libre et non faussée. La droite mène cette offensive libérale, elle qui orchestre la grande braderie du service public de l'éducation nationale : suppressions de postes, marchandisation et mise en concurrence avec l'enseignement privé qui se voit accorder toujours plus de privilèges. Ainsi s'organise l'accès aux savoirs sous conditions de fortune, qui renforce les inégalités sociales devant l'accès au droit à l'éducation.

Les arguments qui sont avancés pour aller encore plus loin dans l'enseignement public des langues régionales ne sont pas recevables pour nous. L'antagonisme entre les principes républicains et la prise en compte d'un patrimoine culturel et linguistique, avancé par certains, est factice : parce que nous sommes toutes et tous différents, tout en étant avant tout des semblables, nous avons besoin d'égalité. Revendiquer des droits particuliers à une catégorie de la population au nom des différences, est une atteinte à l'égalité républicaine. Dispenser un enseignement public uniquement dans la langue de son choix, y compris en immersion, au détriment de l'apprentissage de la langue commune, le français, signifierait que des groupes entiers de locuteurs ne se verraient enseigner durant toute leur scolarité qu'une langue compréhensible uniquement par une fraction de la population de notre pays. Nous réaffirmons avec vigueur notre attachement au maintien d'une langue véhiculaire commune permettant à tous les citoyens de se comprendre. Le français doit être la langue de référence unique dans l'ensemble du service
public d'éducation. C'est aussi une erreur de faire des langues régionales une catégorie à part par rapport aux autres langues : par exemple les langues
mortes et les autres langues étrangères dans leur diversité. Nos principes et propositions : Le PG réaffirme son attachement aux principes républicains qui
sont évidemment compatibles avec la valorisation de tout patrimoine culturel. Le PG s'oppose au projet libéral de l'Europe des régions qui vise à la mise en
concurrence des territoires et affaiblir le rôle régulateur des états. Pour le PG, l'Etat devrait d'ailleurs être un rempart contre la dérégulation néolibérale qui
détruit les solidarités et les services publics. Le PG rappelle son attachement à l'attribution exclusive des fonds publics à l'enseignement public. Le PG
réaffirme son attachement à l'apprentissage par toutes et tous de la langue française dès le plus jeune âge comme garantie de la cohésion nationale et
s'oppose à l'institution de droits particuliers pour des groupes particuliers. Nous réaffirmons l'unité et l'indivisibilité de la République par la préservation d'un
langage commun. Le PG n'est pas pour la ratification de la Charte européenne des langues régionales et minoritaires car elle impose d'introduire des droits
particuliers pour une catégorie de citoyens. Le PG est favorable à l'enseignement des langues minoritaires de manière optionnelle dans le cadre du service
public d'éducation. Le PG réaffirme que le français est la langue administrative et la langue véhiculaire commune.

Le Parti de Gauche est présent en Bretagne depuis le mois de Décembre 2008.

divendres, 18 de novembre de 2011

dimecres, 16 de novembre de 2011

Que sont les écoles bilingues publiques ?


Les écoles bilingues publiques ont parfois mauvaise presse, bien souvent en raison d'une méconnaissance. Que sont donc ces écoles ? Qu'y apprend-on ? Qu'y fait-on ? Je tenterai dans cet article d'éclaircir quelques-uns de ces points afin de permettre à chacun de se faire un avis mieux avisé sur la question.


Les écoles bilingues publiques sont, comme leur nom l'indique, avant tout publiques. Elles sont donc laïques et gratuites et respectent les mêmes programmes que toutes les autres classes, les mêmes horaires d'apprentissages, les mêmes concours d'entrée, les mêmes inspections, etc. Qu'ont-elles donc de différent ?

Dans ces filières, une partie des apprentissages se fait en langue régionale. Cela signifie par exemple, que les mathématiques ou les sciences, les arts ou l'histoire peuvent se faire en langue régionale. Les contenus restent les mêmes, seul le vecteur de la langue est différent. Certains pensent qu'il est idiot d'apprendre les mathématiques ou l'histoire de la Perse en breton, on pourra se demander ce que cet enseignement en français a de plus intelligent : peut-être devrait-on étudier l'histoire de la Perse en araméen ?

La langue régionale est donc l'une des langues qui permet la transmission des savoirs dans la classe, la seconde langue étant le français. Les modalités de leur mise en oeuvre varie selon les régions, mais on peut remarquer que chaque filière semble tendre vers un même objectif : celui de la parité horaire. Cela signifie que dans la classe, les enseignements sont fait pour moitié en français, et pour autre moitié dans la langue régionale.

Cependant, concernant les apprentissages dans ces deux langues, même si l'objectif est de donner aux élèves des niveaux similaires dans ces deux langues, on peut observer une certaine différence concernant l'écrit. L'accent est mis sur le français : l'apprentissage de la lecture se fait en français, de même pour l'écriture, la grammaire et l'orthographe. Les filières bilingues ont donc un niveau égal en français à celui des filières « classiques ». Les élèves apprennent à écrire dans leur langue régionale essentiellement à travers les autres disciplines, et même s'il arrive de réaliser des leçons de grammaire et d'étude comparée des langues – élément très riche –, l'apprentissage des règles de grammaire et d'orthographe en langue régionale compte un enseignement moindre comparé à celui du français. En fin de cycle 3, les élèves de ces classes bilingues sont capables de s'exprimer oralement sur divers sujets mais également de rédiger de courts textes en langue régionale ; en plus de compétences semblables aux autres élèves en ce qui concerne le français.

L'accès à ces filières reste malgré tout très inégal, à l'intérieur même des régions concernées en raison des difficultés liées à leur ouverture. Ces filières sont effectivement misent en place « à la demande des parents ». Cela signifie, sur le terrain, qu'un groupe de parents assez nombreux doit se constituer afin de porter la demande devant l'Inspection Académique, l'équipe pédagogique et la Mairie. L'ouverture d'une filière nécessite d'avoir au moins 15 élèves de cycle 1 ainsi que l'autorisation de la Mairie et surtout de l'Inspection Académique. Chaque création de filière reste donc un combat mené par des parents d'élèves motivés par le projet. Diverses associations de parents d'élèves existent dans les régions concernées : vous pouvez trouver celles concernant votre région sur le site de la FLAREP (Fédération pour les LAngues Régionales dans l'Enseignement Public).

AGORA VOX

Le Souvenir Chouan de Bretagne commémore les noyades de Nantes

NANTES (NOVOpress Breizh) – Pendant la Terreur, la ville de Nantes était devenue une vaste prison et un champ d’expérimentation pour l’élimination systématique des opposants à la politique conduite par Robespierre et ses amis de la Convention. Des milliers de personnes, hommes, femmes et enfants y perdirent la vie, fusillées, noyées ou victimes de mauvais traitements. Ces évènements – que la municipalité de J.M. Ayrault préfère ignorer, consacrant l’essentiel de ses investissements mémoriels à développer la culpabilisation des Nantais, en particulier avec le très coûteux « Mémorial de l’esclavage »* seront commémorés par l’association du Souvenir Chouan de Bretagne le 20 novembre prochain.

« Quel torrent révolutionnaire que la Loire ! » s’extasiait devant la Convention le représentant en mission Jean-Baptiste Carrier. Pendant cent jours, ce "technicien cyclothymique de l’extermination " (Yves Durand), porta à son paroxysme la terreur révolutionnaire dans la cité des Ducs. Cet amateur de belles cérémonies civiques en l’honneur de la Déclaration des Droits de l’Homme sera responsable de la mort de plusieurs milliers de prisonniers retenus dans les geôles nantaises, auxquels il faut ajouter 2000 à 5000 victimes mortes par noyade en Basse-Loire.

J.B. Carrier (lithographie de F.-S. Delpech d'après le portrait de J.-B. Belliard)
Dans un ouvrage qui fait autorité (Carrier et la Terreur nantaise, Perrin 1987) l’historien J.J. Brégeon rappelle qu’il y eut plusieurs formes d’extermination.
La première, qui fut l’œuvre des commissions militaires comblèrent de fusillés les carrières de Gigant ; la seconde, par l’épidémie qui fit périr des milliers
de détenus dans l’Entrepôt des Tabacs ; la dernière enfin par la noyade et le massacre sans jugement. « On commença par les prêtres réfractaires pour
finir par les enfants », rappelle le professeur Yves Durand dans la préface de l’ouvrage précité. Reprenant la thèse qu’il a développée dans son dernier ouvrage, Reynald Secher a magistralement traité cet aspect de l’histoire des Guerres de
Vendée lors de la conférence qu’il a donnée mardi dernier à Nantes devant une salle comble.

L’association du Souvenir Chouan de Bretagne, qui agit depuis de nombreuses années contre le « mémoricide » – il suffit de voir la présentation qui est faite de cette période au Musée de l’histoire de Nantes (un « détail manifestement exagéré ») pour s’en convaincre – honore chaque année la mémoire
des victimes de ce terrorisme d’Etat.

Cette année le rassemblement aura lieu à Nantes le dimanche 20 novembre. Le programme est disponible sur le site du Souvenir Chouan de Bretagne.

* L’inauguration du Mémorial de l’Abolition de l’esclavage, prévue le 1er décembre prochain, va encore être repoussée à une date indéterminée en raison de diverses malfaçons. Ce monument de la repentance – le seul en Europe – voulu par J.M. Ayrault pour complaire à sa clientèle aura coûté 6,9 millions d’euros. Un modèle de gabegie .

[cc] Novopress.info, 2011, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine [http://fr.novopress.info/]