Total de visualitzacions de pàgina:

dijous, 23 de febrer de 2012

Homenatge a Daniel Cardona


Els companys d’Identitat Catalana han organitzat, per al proper dissabte 3 de març a migdia, al cementiri de Sant Just d’Esvern, un homenatge a Daniel Cardona, un personatge històric de l’independentisme català, partidari d’un nacionalisme per damunt d’ideologies i crític, ja en aquells temps, amb el fenomen de la immigració.
El Partit Nacionalista Català dóna tot el suport a aquest acte i recomana a militants i simpatitzants l’assistència a aquest acte.
El PNAC vol recordar també un detall de la biografia de Daniel Cardona que sempre, però sobretot en aquests temps actuals de màxima correcció política, s’ha intentat amagar: Daniel Cardona era partidari de l’acció directa pera conseguir la llibertat de Catalunya, era partidari d’aquell eslògan, antigament propietat de l’Esquerra Independentista, que semblen haver oblidat, i que avui només el PNAC proclama: no hem de renunciar a cap mitjà de lluita.

terralliure.com

2012, un chiffre qui fait rêver ?


Deux mille douze, un chiffre qui fait rêver en ses temps de crise financière, morale et identitaire, provoqué par les instances financières et appliqué par les élites politique (sic). Deux mille douze, fin du monde, apocalypse, nouveau cycle mythologique ? Non rien de tout ça ! Le sempiternel cycle de la République Française est mis en branle. Les professionnels de la politique s’agitent pour conserver leur une place grassement payée. Les médias aux ordres, hystériques, nous débitent à longueur de journée la fameuse tarte à la crème républicaine (qui, au passage, possède désormais un goût de rance). Les élections présidentielles, voila ce qui nous attend en 2012 ! Un simulacre de démocratie. Et nous Catalans qu’avons à gagner dans cette lamentable élection, où le débat d’idées est si fade d’ailleurs que même un François Bayrou attire l’attention des partis extrême ? Le politiquement correct et le garde-à-vous idéologique est bien au rendez-vous pour 2012.

C’est pour ça que nous, Catalans nationalistes ou identitaires, (peu importe le terme seul compte l’esprit), avons décidé de ne pas accepter cette pantalonnade.

Un parti nationaliste catalan ne peut et ne doit pas soutenir un candidat qui n’a que faire de nos requêtes, de nos droits et aspirations légitimes à l’autodétermination, et de façons plus générale de l’avènement de la justice sociale et de la démocratie. Il s’agit de frapper fort ! les taux d’abstention des dernières élections sont tombés si bas que la classe politique ne peut nier les changements dans l’opinion. Une brèche s’est ouverte. Continuons de l’élargir. Montrons que nous ne sommes pas des veaux dociles à qui on fait avaler n’importe quoi. La désobéissance civile est un devoir dans les circonstances actuelles, “ quand les peuples cessent d’estimer, ils cessent d’obéir ” écrivait en son temps Antoine de Rivarol. Comment pourrions-nous estimer un système qui nous à réduit en esclavage et dépouillé de notre identité ? Participer aux élections présidentielles, c’est cautionner un système frauduleux, c’est accepter d’être trompé. C’est aussi avaliser l’occupation des terres catalanes par la République française et de facto accepter le reniement de ses lois, sa culture sa langue, bref tout ce qui faisait de la Catalogne du Nord un pays enraciné et libre, maître de ses décisions.

La fédération Nord catalane du PNAC appelle donc les Catalans et les Européens de bon sens à boycotter les élections présidentielles de 2012. Elections françaises, abstention catalane !

Extait de PNAC Info núm. 1, 20 janvier 2012. Le billet du Président de la Fédération.

dijous, 16 de febrer de 2012

Butlleti d’informació de la Federació nord-catalana del PNAC


La Federació nord-catalana del Partit Nacionalista Català edita un butlleti d’informació.

Per rebre el número 1, escriure a: pnaccatnord@ymail.com

La Fédération nord-catalane du Parti Nationaliste Catalan édite un bulletin d’information.

Pour recevoir le numéro 1, écrire à: pnaccatnord@ymail.com

Manifest de la federació nord-catalana del PNAC (15 de gener de 2012)


Manifest de la federació nord-catalana del PNAC (15 de gener de 2012)

1°) lluita per l’emancipació dels catalans vivint a dintre de l’Estat francès i defensa la identitat catalana;
2°) observa que l’opressió de la comunitat nord-catalana és característica d’una situació d’opressió nacional;
3°) considera que la seva lluita fa part del moviment d’alliberament nacional dels Països Catalans;
4°) lluita per una Catalunya Independent i reunificada en el marc de l’Europa dels pobles;
5°) lluita per una Catalunya arrelada i solidaria que protegia tots els treballadors;
6°) promou l’ecologia i el control del turisme de massa;
7°) defensa la família catalana tradicional;
8°) lluita contra la immigració extra europea, la islamització d’Europa i la inseguretat;
9°) combat la dominació econòmica i ideològica de l’aparell escolar jacobí;
10°) se solidaritza en el seu combat de tots els pobles d’Europa per llur alliberament nacional;
11°) lluita contra el totalitarisme que sigui marxista o de la finança mundialista (bancs, imposicions de Brussel•les) i contra l’especulació;
12°) considera positiu i necessari el combat per un estatut especial de la Catalunya del Nord.

Missatge de la direcció del PNAC a la Federació amb motiu de l’Assemblea el 15 de gener de 2012

Davant la celebració de l'assemblea constitutiva del Partit Nacionalista Català a la Catalunya del Nord, el Partit Nacionalista Català de la Catalunay del Sud saluda i dóna tot el seu suport a aquesta iniciativa, que ens ha d'agermanar i fer més forts en la lluita per la supervivència de la nostra nació. Avui es viu a la Catalunya del sud una gran efervescència del movimetn nacionalisme, lligat, sens dubte, al sentiment popular que la nostra nació està desapareixent. Que l'assemblea que saludem se celebri a la Catalunya del Nord, on va nèixer la nostra llengua i cultura, és molt significatiu i ens ha de servir de guia i estímul per salvar la nostra nació. Aquest primer pas que doneu amb l'assemblea tindrà, amb tota segurat, continuació amb altres actes i lluites que ens han de portar a la lliberat total de la nostra nació.

Partit Nacionalista Català, Principat de Catalunya, 12 de gener de l'any 2012.

La Fédération nord-catalane du Parti Nationaliste Catalan communique son manifeste voté lors de son Assemblée Générale du 15 janvier 2012:

1°) Lutte pour l’émancipation des catalans vivants dans l’état français. Défense de l’identité catalane;
2°) Considère que l’oppression de la communauté nord-catalane est caractéristique d’une situation d’oppression nationale;
3°) Considère que sa lutte fait partie du mouvement de libération nationale des Pays Catalans;
4°) Lutte pour une Catalogne indépendante et réunifiée dans le cadre de l’Europe des Peuples;
5°) Lutte pour une Catalogne solidaire qui protège tous les travailleurs, une Catalogne enracinée;
6°) Promeut l’écologie et le contrôle du tourisme de masse;
7°) Défense de la famille catalane traditionnelle;
8°) Lutte contre l’immigration extra-européenne, l’islamisation de l’Europe et l’insécurité;
9°) Combat la domination économique et idéologique de l’appareil scolaire jacobin;
10°) Se solidarise dans son combat avec tous les peuples d’Europe pour leur libération nationale;
11°) Lutte contre le totalitarisme qu’il soit marxiste ou de la finance mondialiste (banques, impositions de Bruxelles) et contre la spéculation;
12°) Considère positif et nécessaire le combat pour un statut spécial pour la Catalogne du Nord.

dilluns, 13 de febrer de 2012

Els «indignats», contra la cultura popular catalana


El 15-M serà anticatalà?

El moviment dels indignats està prenent una deriva inquietant a Catalunya. Aquest cap de setmana, l'organització del 15-M va convocar una manifestació, dissabte, que va acabar amb una escridassada contra els geganters de Barcelona. "¡Pan y circo!" era la frase que més cridaven entre un reduït ventall de consignes, sempre en castellà. Els gegants de Santa Maria del Mar i l'Àliga i el Lleó de Barcelona van actuar com van poder enmig de l'esbroncada hispànica. -clic-

Diumenge, l'escena es va repetir en la inauguració del monument als castellers. Aquesta vegada, els de l'AcampadaBCN van comptar amb el suport dels vaguistes de TMB i, davant els representants de les colles castelleres de tot el país, el famós "No hay pan para tanto chorizo" va convertir la plaça Sant Miquel en un suburbi ideològic de la Puerta del Sol.

L'escultura que s'inaugurava pot agradar més o menys, segur que és massa cara i, sens dubte, hi ha motius de sobres per protestar contra els polítics d'aquest país. Però no pot ser casualitat que els del 15-M només protestin contra la cultura popular catalana. Ni a Madrid, ni a Andalusia els ha passat mai pel cap fer accions d'aquest tipus contra els toros o el flamenc, en format real o simbòlic.

Inevitablement, un fenomen d'àmbit espanyol i amb epicentre a la Puerta del Sol ha acabat contaminat per les fòbies i menyspreus que impregnen la societat madrilenya. Ja no es pot mirar cap a una altra banda; l'AcampadaBCN ha de decidir si és un moviment que vol passar d'espanyol a espanyolista o si, per contra, assumeix la defensa de la societat catalana des de la seva visió del món.

salvadorcot@naciodigital.cat
Font: ND

El 29 de maig del 2011 els indignats demanaven deixar de banda els nacionalismes insultant i xiulant a tot aquell que duia una estelada, la Senyera o simplement parlava en català perque no se le entiende! i deixant campar lliurement elements amb banderes d'Espanya, de la Fe Falange o de Ciudadanos. Mesos més tard la xusma lerrouxista segueix fent atacs contra Catalunya en forma de lluita social.

Font: Prou comunisme

El 3 de març homenatge a Daniel Cardona

divendres, 10 de febrer de 2012

Casar-se a Reus en castellà és gratis, però en català cal pagar 180 euros


Una noia ha denunciat en una carta a reusdigital.cat que si vol casar-se a Reus en català haurà de pagar 180 euros, quantitat que no ha de pagar qui vulgui casar-se en castellà. El problema rau en el fet que el jutge que fa els casaments és estranger i no vol parlar en català, i que si ella es vol casar a l’Ajuntament ha de pagar 180 euros. És a dir, tothom que vulgui casar-se a l’Ajuntament ha de pagar 180 euros, però qui vulgui casar-se als jutjats sense pagar ha de saber que el casaran en castellà. Aquesta és la carta de la víctima d’aquesta discriminació lingüística:

Estic indignada perquè a Reus, si et vols casar en català et fan pagar 180 euros. La meva parella i jo vam anar als jutjats a iniciar els tràmits per al matrimoni civil, i quan vam veure que tota la documentació era en castellà se’ns va acudir preguntar si el casament seria en català. “No! El jutge no és d’aquí i no sap parlar en català”. Primera sorpresa. Llavors ens van dir que si volíem, a l’Ajuntament de Reus si que ens casarien en català.

Ens vam dirigir a l’Ajuntament a demanar data per la celebració i la segona sorpresa va arribar quan ens van comunicar que el preu per la celebració a l’Ajuntament és de 180 euros. “Com?! M’està dient que si vull que em casin en català he de pagar 180 euros?” Perquè a mi m’és igual al jutjat que a l’Ajuntament que a on sigui…és pel motiu de la llengua que em vull casar aquí…Doncs si senyors, és així.

I em sembla vergonyós tant que no hi hagin jutges que parlin en català a Reus, com que per casar-te a l’Ajuntament et cobrin 180 euros, que ja paguem els nostres impostos. Realitzaré una queixa formal tant a l’Ajuntament de Reus com als jutjats, perquè em sembla patètic i una ofensa que no existeixi la opció de celebrar el casament en català de forma gratuïta, quan en canvi si que hi ha la opció si es vol el casament en castellà.

I després resulta que és el castellà el que està perseguit a Catalunya!!!

http://somnoticia.cat

dimecres, 8 de febrer de 2012

Le dernier War Raok est sorti


Dernier éditorial de War Raok !

Voici le premier éditorial de cette nouvelle année 2012. C’est également le douzième anniversaire de la revue. Douze ans déjà … Comme le temps passe vite et nous sommes toujours là, debout, avec un véritable idéal national et des convictions politiques toujours aussi dissidentes. Si nous avons pu résister à la police de la pensée unique, c’est grâce à vous, chers abonnés, et tout particulièrement aux jeunes qui prennent conscience d’avoir, en Bretagne, une réelle presse s’inscrivant dans une démarche d’émancipation nationale du peuple breton. Concernant cette jeunesse, je me permettrai une brève mise en garde. Vous avez très certainement entendu parler de ce nouveau mouvement européen: les indignés. Que penser de ce genre de contestation qui se réclame de la morale à deux sous et que la gauche altermondialiste survend dans les médias respectueux et bien-pensants? Que penser de ces protestataires, qui font déplacer journalistes et caméras malgré un mouvement poussif qui ne réunit pas grand monde mais qui a la prétention de représenter selon leurs dires les 99% de la population qui subissent la loi du 1 % des puissants? I;échec de ces manifestations n’est-il pas en fait un non-évènement, l’échec du “jeunisme”, cet artifice dont la gauche et l’extrême-gauche sont si friandes? Malheureusement l’aventure projetée par ces démagogues, qui voulaient absolument voir dans le ‘jeune” un allié du progressisme, a échoué lamentablement. Pourquoi ce fiasco? Tout simplement parce que la jeunesse, tant bretonne qu’européenne, même si elle se sent abandonnée par les partis traditionnels affiche ouvertement de la sympathie pour les mouvements dits “populistes” ou “ethnistes” ainsi que pour les mouvements de libération nationale. Pouvons-nous parler d’un enthousiasme pour une Révolution Conservatrice, phénomène européen s’inscrivant de plus en plus aujourd’hui en réaction aux politiques de la table rase? Possible. Mais ce n’est pas un hasard si dans la jeunesse actuelle, le devoir, la discipline, le rejet de l’antimilitarisme et de la détestation de tout ce qui se rapporte à la nation sur fond de sauce moderniste, l’attachement à une culture enracinée, à une véritable identité, au spirituel, mais également à la notion de sacrifice et au désir d’être utile à son pays, à son peuple, rencontrent une totale adhésion (1). Cette jeunesse ne succombe pas aux charmes des sirènes d’un nihilisme destructeur. Elle angoisse plutôt d’assister au crépuscule de la civilisation européenne. C’est un véritable retournement réactionnaire s’exclameront certains! Peut être, mais en tout cas c’est une sage attitude de la part d’une jeunesse qui refuse de se laisser embrigader et qui montre une réelle détermination dans ses choix politiques. Le terme réactionnaire, apparu au début du xx’ siècle, utilisé dans un sens péjoratif pour désigner une personne s’opposant à certains changements de société … n’était-il pas l’insulte adressée dans les régimes communistes aux dissidents? Alexandre Soljenitsyne n’était-il pas traité d’écrivain réactionnaire? Le terme ne sert-il pas encore aujourd’hui, à forger un ennemi imaginaire? Le réactionnaire, contrairement au passéiste, n’admire pas le passé en lui-même, en tant que passé, mais en ce qu’il contient des germes de vérité et de beauté pour le présent et l’avenir. D’autres termes subissent le même sort, soit par méconnaissance, soit par malhonnêteté intellectuelle. Enfin, au risque de me répéter, dans le microcosme de l’intelligentsia française, les calomnies et les dénigrements sont quelque chose d’habituel. Les défenseurs triomphants du politiquement correct, c’est-à-dire des valeurs de la gauche (philosophes, artistes, journalistes … ) font régulièrement des procès à ceux qu’ils soupçonnent de défendre un modèle de société, différent du leur, qui dénoncent les idées et la pensée contestataire de 1968, d’être xénophobes voire racistes ou encore d’aimer trop l’autorité et l’ordre. Sans doute cela leur permet-il de faire oublier qu’en certaines époques ces amoureux des droits de l’homme et du progrès flirtaient avec les pires tyrans: staliniens, trotskystes, maoïstes, castristes … pourtant si peu démocrates. Alors, à notre jeunesse bretonne, avenir de notre Bretagne, qui n’accepte pas la résignation, qui s’engage et sacrifie bien souvent de son temps pour réaliser un idéal politique et un idéal national pour notre patrie, je lui donne ce modeste conseil: tourne le dos à ceux qui acceptent d’exister sans être! Je vous adresse à tous et à vos familles, tous mes vœux pour l’année 2012.
Gant va gwellañ hetoù evit ar bloaz nevez o tont.

Padrig MONTAUZIER.
(1) Voir l’enquête du Centre de recherches

ADSAV!

dimarts, 7 de febrer de 2012

La machine à concentrer la richesse‏


La machine à concentrer la richesse
Extrait du Blog de Paul Jorion

Dans une allocution prononcée le 12 janvier, Alan B. Krueger, président du Conseil des conseillers économiques du président Obama, a examiné « La montée et les conséquences de l’inégalité aux États-Unis ».

Alors que de 1947 à 1979, les revenus de l’ensemble de la population américaine croissent annuellement d’un peu plus de 2%, toutes catégories économiques confondues, sur la période qui s’étend ensuite de 1979 à 2010, les 20% les plus riches voient leurs revenus bruts augmenter de 1,2% par an, alors que, parallèlement, ceux des 20% les plus pauvres baissent eux de 0,4%. Les cadeaux fiscaux consentis par les deux administrations Bush aux ménages les plus fortunés viennent encore renforcer la tendance : si dans l’ensemble, les 20% les moins riches voient leurs revenus après impôts augmenter de 18% sur la période 1979-2007, ceux du 1% le plus fortuné, grimpent pendant ce temps-là de 278%.

À quoi attribuer le creusement des écarts ? Premièrement, à la part toujours croissante de la richesse ponctionnée par le secteur financier. Krueger cite les chiffres suivants : la part du secteur financier et de l’immobilier dans les revenus du 1% le plus riche double entre 1979 et 2005. En fin de période, ces deux secteurs constituent désormais un quart des revenus du 0,1% le plus fortuné. Deuxièmement, les gains de productivité dus à l’informatisation et à l’automation au cours des trente dernières années sont essentiellement ponctionnés par les classes les plus aisées. Krueger ne s’attarde pas sur le mécanisme de ce transfert, se contentant de citer les résultats d’un sondage de 1997 auprès de ses collègues économistes selon lesquels le facteur technologique rend compte à 45% des disparités de revenus, mais les raisons en sont bien connues : sur cette période, les salaires en dollars constants stagnent tandis que s’envolent les gains du capital et la rémunération des dirigeants des grosses entreprises. Dans la pratique, le travailleur remplacé par un robot ou un ordinateur est remercié et son espoir de retrouver un jour un emploi va diminuant à mesure que la technologie progresse ; sitôt remplacé, la machine travaille uniquement au profit des actionnaires et des patrons de l’entreprise. Cet effet pervers, Sismondi (1773 – 1842) l’avait déjà dénoncé dans les années 1820, proposant que tout ouvrier remplacé par une machine bénéficie d’une rente indexée sur la richesse créée désormais par celle-ci. Une proposition ancienne qu’il faudra, un jour ou l’autre, réexaminer.

Les disparités dans la répartition des revenus et du patrimoine ne doivent pas être considérées comme de simples curiosités : la concentration excessive de la richesse grippe la machine économique jusqu’à provoquer son arrêt par deux effets combinés. D’une part, la baisse du pouvoir d’achat pour la grande masse de la population force à un développement du crédit qui fragilise à terme le secteur financier en raison du risque croissant de défaut de l’emprunteur, d’autre part, les capitaux disponibles au sommet de la pyramide sociale, iront, faute de débouchés suffisants dans la production, se placer dans des activités spéculatives, déréglant entièrement le mécanisme de la formation des prix.

Tant que la concentration de la richesse n’aura pas été inversée, la machine économique ne pourra pas véritablement repartir. De ce point de vue, l’austérité, qui accroît encore la disparité des revenus, est bien entendu la pire des politiques.

Font-romeu vol “abandonar França i tornar a Catalunya”


L'Ajuntament de la població de l'Alta Cerdanya denunciarà el Tractat dels Pirineus ja que considera que “França ens té oblidats i arraconats”
Ja ho havien fet les poblacions d'Eina i Els Angles, també a Cerdanya

Jean-Louis Demelin, batlle de Font-Romeu, ha anunciat que l'Ajuntament enviarà unes cartes al president de la república francesa i al rei d'Espanya “per denunciar el Tractat dels Pirineus” segons el qual Font-romeu va quedar inclòs dins l'actual estat francès. Demelin explica que el territori del municipi “és el mateix que el de Llívia i hauríem hagut de ser considerats igual”. El municipi actual és el resultat de la fusió, l'any 1822 dels antics municipis d'Odelló i Vià. El nom de Font-romeu prové de la font de l'ermita, on es venera una verge negra com a Montserrat.

“França ens té oblidats”

La mesura que el batlle ha anunciat és simbòlica i serveix per denunciar “la supressió constant de serveis públics francesos a Cerdanya”. L'Ajuntament ha construït un nou grup escolar per valor de quatre milions d'euros i el ministeri francès de l'educació ha anunciat la supressió de llocs de mestres pel municipi. Segons els portaveus dels pares d'alumnes “poc a poc estan provocant la desertificació de Cerdanya i Capcir, ningú vindrà o s'hi quedarà a viure si tanquen les escoles”. El ple municipal de dimarts al vespre es farà al ras, davant la nova escola. La població està convocada a assistir-hi malgrat que les previsions meteorològiques anuncien temperatures de més de 10 graus sota zero.

Fa una desena d'anys les poblacions cerdanes dels Angles i Eina també van fer un anunci similar, denunciant el Tractat dels Pirineus i les dificultats administratives amb l'estat francès.

El Punt Avui

dimecres, 1 de febrer de 2012

Une majorité de Catalans voterait pour l'indépendance


Un référendum sur l'indépendance de la Catalogne déboucheraient sur 53,6 % de suffrages favorables des Catalans, selon un sondage commandé par le quotidien El Periodico au cabinet barcelonais Gesop.
Le sondage a porté sur un échantillon de 800 électeurs catalans, interrogés entre le 16 et le 19 janvier derniers.
Le résultat constitue un bond en avant, comparé au dernier sondage du même cabinet, réalisé en juillet 2010, juste après la grande manifestation de soutien au statut d'autonomie élargie de la Catalogne qui avait mobilisé plus d'un million de manifestants à Barcelone.
47 % des 1 600 électeurs catalans interrogés s'étaient alors prononcés en faveur de l'indépendance. Le journal barcelonais précise que cette position n'est pas l'apanage des seuls partis indépendantistes (ERC ou Solidaritat per la Independència) et de la majorité des militants de CIU (autonomistes actuellement au pouvoir) et de ICV (éco-socialistes) : 30 % des électeurs socialistes catalans (PSC) et 14 % du Parti Populaire (PP) voteraient eux aussi « Oui à l'indépendance », dans le cas d'un référendum.

source l'indépendant