Total de visualitzacions de pàgina:

divendres, 14 de març de 2014

Les récentes déclarations de Louis Aliot…

La Fédération nord catalane du Parti Nationaliste Catalan s’interroge sur les récentes déclarations de M. Louis Aliot, candidat frontiste à la mairie de Perpignan.[1] Il déclare : « On doit avoir des relations avec ceux qui sont derrière la frontière. L’hôpital transfrontalier de Puigcerda est un bon exemple. Je suis favorable, mais à condition d’échanger sur l’économie plutôt que le folklore. Sur ce point, ça n’a rien apporté du tout car on ne parle pas plus catalan qu’avant. Aujourd’hui, la deuxième langue à Perpignan, ce n’est pas le catalan, mais l’arabe ».

Curieux revirement de la formation populiste sur la question ! M. Aliot semble avoir la mémoire courte. Ce n’est pas notre cas. Nous nous souvenons d’un communiqué publié sur Le blog d’information de la fédération du Front National 11 du samedi 13 décembre 2008, signé par Alain Jamet (alors responsable régional du FN) sous le titre : « Il n’y a plus de Pyrénées ».[2]

Nous reproduisons ici l’intégralité de ce communiqué pour dévoiler la réalité des promesses de campagne et sur les positions historiques du FN à propos de la Catalogne.

Apparemment pour Louis Aliot, la langue catalane ne se résume qu’a un simple folklore. Les dix millions de locuteurs de notre langue apprécieront… Nous pensons en particulier aux membres d’associations et aux passionnés de nos traditions qui se battent chaque jour contre le raz-de-marée mondialiste pour préserver notre identité.

Il est certain que la triste situation du catalan dans notre région est le fait de plusieurs siècles de répression monarchiste puis jacobine (parfois aussi la cupidité et de la bêtise de certains notables…). Dans notre département, il existe un consensus des groupes jacobins et une omerta à toute épreuve ! Toute initiative en faveur de la langue est immédiatement minimisée, passée sous silence et réduite à néant.

Selon l’Enquesta d’usos lingüístics a la Catalunya Nord (2004), 43,7 % des habitants du département veulent que leurs enfants apprennent le catalan en classe. Comment alors se fait-il qu’il faille au minimum deux ans de liste d’attente pour inscrire ses enfants dans une école d’immersion catalane ? Nul n’ignore que le niveau scolaire y est très bon, voire meilleurs que le cursus français. La demande explose. Folklore alors ? Certainement pas ! Il existe une volonté délibérée d’éradiquer les derniers bastions identitaires catalans par l’asphyxie financière et l’immobilité des autorités. Il y a encore une vingtaine d’année, dans chaque village, le catalan était une langue sociale. Le vieillissement de la population, le manque de moyens de transmission et le grand remplacement de population a fait son œuvre… Alors M. Aliot, maître des formules à éclats, nous ne sommes pas dupe de vos sophismes lorsque vous affirmez : « on ne parle pas plus catalan qu’avant ». Apparemment les seules préoccupations de Louis Aliot pour notre pays sont seulement d’ordre économique. Ces préoccupations ne sont, certes, pas négligeables, mais elles ne doivent jamais prendre le dessus sur notre identité nationale.

Le PNAC n’est évidemment pas un parti hystéro-FN, contrairement à d’autres qui en font leur fond de commerce faute de mieux… Il entend continuer à dénoncer ceux qui poursuivent une politique jacobine ainsi que leurs compagnons de route y compris les « catalanistes » trop complaisants.

Perpignan, le 14 mars 2014





Louis Aliot au webc@fé de l'Indépendant ce lundi 10 mars.(Photo par PHILIPPE ROUAH)
[1] Dans L’Indépendant du mardi 11 mars 2014, page 3.



Communiqué d'Alain JAMET
« Il n’y a plus de Pyrénées »

Nous apprenons la naissance, le 21 novembre dernier, de l’Eurodistrict. Sous la houlette du Président du Conseil Général des P.-O. et du Vice-président de la Generalitat de Catalogne, cette nouvelle structure transfrontalière (parrainée par la Préfecture de Perpignan) entend effacer les Pyrénées et mener désormais une politique de gouvernance transfrontalière… « 350 ans après qu’on nous ait séparé, la Catalogne renaît entière », ont déclaré les deux compères.
Le Front National dénonce cette démarche qui met en danger l’unité de la République. Il s’étonne de la présence, dans cette réunion, d’un représentant de l’Etat.
Cette instance qui prétend « à une personnalité juridique et à une autonomie financière » ne peut exister sans la complicité des pouvoirs publics. Si l’on peut admettre une coopération entre les deux Régions, elle ne peut se faire que dans le cadre de nos institutions nationales. Que ces apprentis sorciers comptent sur notre vigilance pour nous mettre en travers de cette funeste démarche.


Lutte idéologique et nationalisme radical en Catalogne du Nord

Présentation de la Fédération nord- catalane du PNAC pour le mouvement indépendantiste corse Patria Nostra:

La Fédération Nord-Catalane du Parti Nationaliste Catalan, s’est constitué à Perpignan au printemps 2007. Sa principale motivation à l’époque était suivante : Création d’un véritable parti nationaliste catalan dans la région n’hésitant pas à aborder les problèmes de fond dont pâtit la société nord-catalane et qui ne sont pas, ou peu, abordés par les partis catalanistes traditionnels.

Quels sont nos principaux reproches adressés aux partis nord-catalans actuels ?

Les partis et les associations catalanistes progressistes à tendance tiers-mondiste refusent de prendre en considération le problème migratoire qui influe gravement sur la substitution de population et accentue la crise identitaire de notre territoire. Quant aux partis de droite ou de centre-droit catalanistes, ils sont inhibés, absorbés, pour ne pas dire contrôlés, par leurs homologues français. Ils servent en fait de caution catalaniste au moment des élections pour les partis français. Cette situation fait le jeu de partis jacobins comme le Front National. Cette organisation prétend, certes, combattre l’immigration, mais lutte aussi contre l’identité catalane. La création d’un authentique parti nationaliste catalan permet aux Nord-Catalans de n’avoir plus désormais à choisir entre un vote jacobin anti-migratoire et la défense de leur identité.


Lire la suite sur : http://corsicapatrianostra.over-blog.com/article-lutte-ideologique-et-nationalisme-radical-en-catalogne-nord-122946199.html



Ara tenim un compte twitter


Ara tenim un compte twitter: 





diumenge, 2 de març de 2014

La Fédération nord-catalane du PNAC en campagne électorale

La Fédération nord-catalane du PNAC en campagne électorale

Notre Fédération entend bien peser sur la campagne des municipales de mars 2014. Elle s’efforcera de répondre aux attentes de la population là où nous serons présents. Ailleurs, elle indiquera ses réflexions sur les choix électoraux possibles.

En règle générale, le PNAC préconise de voter pour les listes sans étiquette, d’intérêt communal et proposant des orientations proches des aspirations des nord catalans. Les listes comportant des candidats jacobins (FN, Front de Gauche…) prônant une politique centraliste, sont systématiquement à exclure.

Voici nos propositions :

■ D’un point de vue économique. Nous préconisons l’appuie aux entreprises créatrices d’emplois, des marchés favorisant les produits du terroir et l’artisanat, sans que cela nuise au petit commerce (que nous considérons comme un axe central de la vie locale). Le PNAC soutient le tissu économique traditionnel, l’implantation de l’artisanat et la production locale. La préférence locale en termes de produits et de main d’œuvre rentre dans le tryptique localiste suivant : emploie, solidarité et écologie. Une économie stable sans augmentation d’impôts inutiles est souhaitable.
Il convient de se méfier des listes :
▪ prévoyant de grands travaux entraînant des dépenses considérables ;
▪ courtisant un peu trop les associations. En effet, les subventions à des associations parasites sont devenues un problème politique majeur ;
▪ préconisant le tourisme de masse, une aberration sociale pour les travailleurs et aussi écologique et sécuritaire.

■ D’un point de vue sécuritaire. Nous préconisons la mutualisation des moyens intercommunaux de police municipale. Attention toutefois de ne pas tomber dans le piège de l’Agglo ; le principe de communautés de communes est préférable, du point de vue des libertés locales et des financements publics. La mise en place d'association de vigilance citoyenne est nécessaire. Nos cités n’ont pas à accueillir tous les déshérités de l’Hexagone ! L’afflux de personnes étrangères apporte parfois des changements négatifs, des tensions. Cet afflux provenant venant de zones « sensibles » constitue une des causes de l’augmentation de l’insécurité dans les zones périurbaines. Attention donc aux listes préconisant la construction massive de logements sociaux.

■ D’un point de vue culturel et identitaire. Le PNAC appelle à faire preuve de vigilance à propos des propositions pour l’enseignement du catalan. Les communes doivent prendre la langue catalane en considération (cérémonie de mariage, réception dans les services municipaux, mise en place signalétique…).

■ D’un point de vue institutionnel, Le PNAC préconise que les élus s’engagent sur la création d’une région nord-catalane qui nous donnerait enfin des droits fiscaux particuliers et atténuerait la fracture sociale. Une région autonome garantirait nos droits historiques et culturels. Nous n’avons plus à subir le dictat de Montpellier ou de Paris ! Catalans, maîtres chez nous !

Le PNAC mènera campagne dans les semaines à venir. Il n’hésitera pas à aborder sans complexe des problèmes de la société nord catalane et de la civilisation européenne.


PNAC Info núm. 3 – 28 de febrer de 2014

Butlletí d’informació de la Federació
Nord-Catalana del Partit Nacionalista Català

La nota del Président de la Federació

La nota del Président de la Federació


Des d'alguns dies els militants de la Federació han, ells també, entrats sobre l'escena de les eleccions municipals i europees. Han començat les seves accions per una distribució massiva del segon número del butlletí federal Pnac Info. Els veïns de Perpinyà i d'alguns vilatges al voltant, han descobert així l’existència d’un partit realment lligat a la identitat catalana i preocupat de preservar-la. Per completar aquesta distribució, centenars de cartells han estat posats a la plana del Rosselló. D’altres distribucions de fulls de propaganda són previstes. La Federació regional del PNAC entén imposar-se aviat com el partit d'oposició catalanista. Tractarà sense complexos dels problemes de la societat nord-catalana i de la civilització europea (identitat, llibertat local, localisme, immigració, inseguretat, educació, extorsió de diners i autofòbia, feina, solidaritat, poder de compra, ecologia...).

PNAC Info núm. 3 – 28 de febrer de 2014
Butlletí d’informació de la Federació

Nord-Catalana del Partit Nacionalista Català